Archive for the ‘- B 19 .- Magistrats pédophiles’ Category

2011 "L’école en bateau": pédophilie.

3 mars 2011

"L’école en bateau" une affaire de pédophilie qui traîne depuis VINGT ANS ! Une trentaine de viols et agressions sexuelles sur mineurs, cinq mises en examen, l’affaire est relancée en 2008  mais à nouveau le dossier sommeille inexplicablement au parquet du TGI de Paris. L’avocat des parties civiles demande des explications à la justice qui ne répond pas !

Cette affaire date des années 90 qui virent les dépôts des premières plaintes. .’école en bateau était une association qui recevait de jeunes ados sur un ancien bateau de pêche transformé en centre d’accueil. Objet : "favoriser l’épanouissement intellectuel, psychologique et social de l’enfant".

Pourtant  plusieurs anciens "élèves" mineurs à l’époque des faits se sont plaints d’avoir subi des sévices sexuels de la part du skipper Léonid Kameneff qui était aussi le directeur de l’association. Les policiers identifieront ainsi une trentaine de victimes (garçons pour l’essentiel) pour lesquels il n’y avait pas encore prescription.

Première bavure judiciaire. Dès 1994, le skipper fera deux mois de prison en Martinique. Mais le dossier sera annulé suite à une erreur de procédure.

Deuxième bavure. En 2002 l’affaire est relancée avec le dépôt d’une nouvelle plainte. Mais cette fois-ci la justice martiniquaise ne s’attarde pas sur cette histoire qui tombe à nouveau aux oubliettes.

En 2008 l’affaire est relancée pour la deuxième fois. Les parties civiles dénoncent l’immobilisme du juge de Fort-de-France. Le dossier est rapatrié pour être instruit à Paris par le juge d’instruction Nathalie Dutartre. Interrogée par "Le Post" celle-ci a une réponse pour le moins ambigue: "Il ne faut pas faire de surinformation car les choses sont assez compliquées. Cela risquerait d’indisposer les autorités." Néanmoins elle lance un mandat d’extradition contre Leonid Kameneff, met en examen quatre autres membres de l’encadrement avant d’être mutée.

Le dossier est alors confié à une autre juge, Mylène HUGUET et depuis plus rien sinon que Leonid Kameneff est remis en liberté sous contrôle judiciaire le 14 sept. 2009…

Il faut se souvenir que Leonid Kameneff avait déjà été inquiété par la justice dès 1982 dans l’affaire de pédophilie dite "Coral". Quelques 340 personnalités impliquées seront miraculeusement blanchies, l’Etat français ayant classé cette affaire "secret défense" par le biais du dossier "Zandwoort".

Aujourd’hui les victimes se demandent si un jour leur affaire sera jugée  !

On peut légitimement s’interroger: les remises en liberté successives de Kameneff ne sont elles pas le prix de son silence dans l’affaire "Coral" dans laquelle étaient impliqués, entre autres, quelques magistrats ?

Deni de justice"  le 03/03/2011

Deni de justice souhaite connaître les noms : 1) des magistrats de Fort de France auteurs de la première bavure et ceux qui enterrent le dossier, 2) du proc’ du TGI de Paris qui garde le dossier sous le coude.

2001 Le livre de la honte.

1 mars 2011

"Le livre de la honte : les réseaux pédophiles." par Serge Garole et Laurence Benneux aux éditions "Le Cherche midi" – 2001.

Ce livre écrit par deux journalistes, l’un du journal "Le Figaro", l’autre du journal "L’Humanité", traite de l’affaire "Zandwoort" et de quelques autres. Leur travail est d’une qualité incontestable.

Les faits rapportés dans ce livre montrent le rôle trouble de certains membres de la magistrature.

Mais ce qui sera plus que  troublant c’est qu’à la sortie du livre et de la parution d’un appel à la magistrature et au gouvernement en Première page de chacun des deux journaux, non seulement il n’y eut que quelques gesticulations des ministres de la justice (Marylise LEBRANCHU suivie de Dominique PERBEN), mais également que les révélations les plus gênantes de ce livre seront ignorées et promptement enterrées.

On se souviendra que la France avait classé " secret défense" le dossier "Zandwoort" dès qu’apparurent dans les fichiers les noms de magistrats et autres personnalités …

"Deni de justice" le 01/03/2011

2010 Pédophilie: le dossier "Coral"

1 mars 2011

En 1997 le contre espionnage français (DST) découvre, entre autres, le dossier "Coral" dans le garage du commandant Prouteau créateur de la cellule antiterroriste de l’Elysée. Il avait emporté ce document en 1995 au départ de Mitterrand, avec tous les documents exposant les pratiques illégales couvertes par le président.

Le capitaine Paul Barril, subordonné de Prouteau déclarera en audience publique le 29 avril 1997 : "Je me rappelle qu’on nous avait alerté pour stopper l’enquête sur le réseau pédophile "Coral" à cause des personnalités mises en cause."

Parmi ces personnalités figuraient Jack Lang le ministre de la culture d’alors et Frédéric Mitterrand le neveu du président et actuel ministre de la culture mais aussi quelques magistrats

Et pas un proc’ de la République assez courageux  pour se saisir de ce dossier !

Normal la pédophilie, qui fait partie des moeurs inavouées d’une certaine société, a aussi gangrené la magistrature …

"Zandwoort Doc." (ONG Droit fondamental)  le 13/03/2010

2007 Un juge pédophile révoqué

28 janvier 2011

A la suite d’une opération de démantèlement des sites internet diffusant, moyennant paiement en ligne, des images à caractère pédo-pornographique, les enquêteurs établissaient que M.X  juge au TGI de … avait courant 2002, au moyen de ses cartes bancaires, visionné et enregistré des images à caractère pédo-pornographique provenant de sites étrangers démantelés.

La perquisition à son domicile permettait de découvrir 6 CD roms contenant de très nombreux fichiers pédo-pornographiques téléchargés en 2002, 2003, 2004 et 2006. Ces faits firent l’objet de poursuites pénales devant le tribunal de … , les faits étant reconnus à l’audience par l’accusé.

Par ailleurs ce même juge avait siégé au tribunal correctionnel de …. le 13 mars 2006 comme assesseur dans une procédure de nature pédo-pornographique trouvant son origine dans la même enquête, sans se déporter lorsqu’il a constaté que son propre nom figurait avec son adresse et les coordonnées de ses cartes bancaires, comme celui du prévenu dans la liste des sites interdits !!!

A noter également que le même magistrat présentait une appétence prononcée pour l’alcool qui avait été à l’origine d’un congé de longue maladie de six mois suivi d’un mi-temps thérapeutique de trois mois en 1997. En 2001 il provoquait un accident de la circulation sous l’empire de l’alcool pénalement sanctionné avec obligation d’une prise en charge thérapeutique qu’il abandonnera estimant qu’elle ne lui apportait rien.

Pour l’ensemble de ces faits le juge sera finalement révoqué le 11/04/07 sans suspension de ses droits à pension.

"Recueil des décisions et avis disciplinaires du CSM" d’après …

L’identité de ce magistrat pédophile est occultée dans la décision du CSM. Deni de justice cherche donc à l’identifier. Au nom de quoi resterait-il anonyme tandis que les identités d’autres pédophiles sont étalées dans la presse ? Justice à deux vitesses ?

2010 Juges pédophiles des années 50

4 janvier 2011

Ce 31 décembre 2010, Hervé Villard intervenait dans l’émission "Les grandes gueules"  sur RMC. Il a raconté comment à l’orphelinat, les gosses se faisaient tripoter par des juges pour enfants dans les années 50. Des juges couverts par des hommes politiques ajoute-t-il.

"Oui nous avons subi des attouchements à l’orphelinat St-Vincent de Paul ! Les juges pour enfants nous faisaient des attouchements. De grands politiques ont des dossiers sur ça … Et c’est grâce à cela qu’ils ont fait une belle carrière … On se laissait tripoter pour avoir des bonbons ! Aujourd’hui cela me fait frémir."

"Hervé Villard" le 31/12/2010 "Les grandes gueules" sur RMC


2010 Un juge pédophile emprisonné …

23 décembre 2010

Un pirate, en s’introduisant dans l’ordinateur d’un juge eut la surprise de sa vie. Il était tombé  sur le journal intime du magistrat dans lequel il évoquait ses fantasmes sur de jeunes garçons ainsi que sur des images à caractère pédophile. Il alerta aussitôt des ONG qui luttent contre la pédophilie. C’était en mai 2000.

Une procédure judiciaire qui durera six ans fut aussitôt enclenchée. Pendant ce temps, le juge, immédiatement démis de ses fonctions, dût porter un bracelet électronique et  fut assigné à résidence.

La sentence tombera  au bout de cette longue bataille judiciaire : 27 mois de réclusion, inscription au fichier des délinquants sexuels pour le reste de sa vie, et interdiction pendant 3 ans de posséder tout appareil lui permettant d’accéder à internet.

Ne rêvez pas citoyens : cette affaire se passe au Canada …

En France le corporatisme judiciaire montre beaucoup plus de mansuétude à l’égard des pédophiles qui grouillent dans les rangs de la magistrature! Souvenez-vous lorsque la gendarmerie, en 1997, identifie 71 magistrats acheteurs de cassettes pédophiles, les identités de ceux-ci ne sont pas dévoilées. Il ne faut surtout pas porter atteinte à la réputation de la magistrature ! Quelques années plus tard, Perben, le garde des Sceaux se montrera stupéfait par l’importance de la pédophilie dans cette même magistrature. Mais quelles mesures seront prises ? A notre connaissance aucune et les satyres en robe noire peuvent poursuivre leur petit commerce … protégés par leurs pairs.

"Deni de justice" le 23/12/2010

**2010 Affaire Patricia Poupard

7 décembre 2010

A l’origine, un petit garçon avait expliqué à deux médecins que chez son père, une personne lui "avait mis un doigt dans le cucu et fait plein de bisous sur la bouche".

Le procureur Bertossa (Suisse) et la juge Ringot (France) présumaient qu’il figurait sur le fichier Zandwoort, longue liste d’enfants victimes de la pornographie et autres tortures, mais personne ne sait pourquoi, l’enquête fut l’objet de sérieux dérapages dès qu’apparut un magistrat déculotté parmi les photos des crimes. La France classera le dossier Zandwoort "secret-défense" : quel rapport avec un magistrat déculotté ( en train d’abuser d’un enfantde 11 ans selon une source sûre) ?

La juge Isabelle LOUMAIGNE-BREHAT confia alors la garde de l’enfant au père, évacuant le fait que c’était celui-ci qui avait quitté le domicile conjugal pour une autre femme, ceci après avoir prononcé le divorce aux torts de l’épouse.

En 2001 les juges Franck LAFOSSAS et Philippe GUENARD confirmaient répétitivement en appel les décisions de la juge dans l’intérêt supérieur de l’enfant ajoutant : "que le changement de résidence se fera, au besoin, avec l’assistance de la force publique".

Entre temps le tribunal de Bordeaux avait désigné Claude Amirault, expert clinicien, qui expliqua: " Les jeux provocateurs a thématique sexuelle chez les enfants de 3 à 5 ans (filles ou garçons), sont monnaie courante en ce qui constitue même le mode d’expression privilégié pour l’accession de tout sujet à son identité sexuelle."

Poussée par la peur, la maman Patricia Poupard décide de se réfugier en Suisse avec son fils  où elle est invitée à demander l’asile politique. Le Dr. Jean-Pierre Caretti du Centre d’accueil des Cernets-Verrières demande aux laboratoires Brunnhof une analyse qui fera apparaître que ce jeune garçon de 7 ans est atteint de chlamidya. Il s’agit d’une maladie vénérienne des plus contagieuses qui se transmet uniquement par rapport sexuel non protégé. Elle peut passer longtemps inaperçue puis se propager brutalement de manière ravageuse.

En 2004 le juge Jean-Pierre BRUN, "expert en blanchiment d’argent, criminalité organisée et autres affaires difficiles" est dépêché à Bordeaux. Il lance aussitôt un mandat d’arrêt international à l’encontre de Patricia Poupard pour enlèvement parental. Elle fut arrêtée le 1er avril 2004 et incarcérée. L’analyse de laboratoire concernant l’enfant fut alors confisquée. Le juge excédé par les objections justifiées de Patricia perdra son sang-froid s’adressant à elle en hurlant.

Patricia Poupard sera alors jugée à huis clos et menottes aux poignets et sans la défense d’un avocat par la juge Thérèse PERET. Elle ne toléra pas que l’accusée demande la récusation du procureur Marc FRITSCH pour avoir fait une grève de la faim préalablement à sa fuite vers la Suisse. Enfin elle justifia la mise en détention de Patricia par le fait qu’elle risquait cinq ans de prison alors que le code pénal n’en prévoit que deux au maximum.

Le jour du jugement les menottes furent enlevées à Patricia (presse oblige). Le procureur FRITSCH réclamera un an de détention dont une partie ferme pour couvrir la détention préventive, assortie d’une mise à l’épreuve, pour "avoir décidé de faire obstacle aux relations naturelles qu’un fils doit avoir avec son père." Patricia Poupard osa mentionner le rapport de l’ONU qui dénonçait le sabotage par la France de l’enquête sur le fichier Zandwoort. "Cela devient indécent" coupa le président qui la condamna au-delà des réquisitions à 18 mois dont 9 avec sursis, une mise à l’épreuve de 3 ans avec  obligation de soins psychiatriques, interdiction de quitter le territoire et interdiction de voir son fils seule.

Patricia Poupard sera maintenue dix mois et demi en détention préventive alors que la loi limite cette détention à quatre mois. Les conditions de détention furent d’une telle violence qu’il en résultera un handicap de 50%. La juge LOUMAIGNE-BRUHAT en profitera pour lui enlever l’autorité parentale, avec pour seul motif que "le père puisse prendre les décisions nécessaires à l’éducation de l’enfant sans risque d’entrave".

Patricia Poupard ne pourra récupérer l’analyse du laboratoire Brunnhof qu’en 2006 après avoir porté plainte contre la prison. Depuis elle demande un jugement motivé sur l’intérêt supérieur d’un enfant porteur d’une maladie vénérienne à l’âge de sept ans à être confié à l’autorité parentale exclusive du père. Les magistrats LOUMAIGNE ET GUENARD furent à nouveau chargés de s’y opposer comme ils le font depuis dix ans. Sachant que Patricia ne survit qu’avec le minimum vital alloué à toute personne handicapée, le juge GUENARD contribuera même à un jugement qui la condamne à être privée d’assistance judiciaire pour "procédures abusives".

Patricia ayant décidé d’exposer ses difficultés sur internet, le père introduit alors un plainte avec constitution de partie civile pour "atteinte à l’intimité de sa vie privée".

S’appuyant sur l’attitude des magistrats Bertossa et Ringot  Patricia a de bonnes raisons de penser que son fils est dans le fichier Zandwoort et qu’elle détient là tous les justificatifs pour se constituer partie civile dans le dossier Zandwoort.

Le juge Christian RISS balaiera toutes les demandes de Patricia de même que la maladie vénérienne de son fils et décidera, au nom du Peuple français : "Le préjudice moral subi par l’intéressé (le père) n’étant pas sérieusement contestable, il peut lui être alloué à titre provisionnel un montant de 1000 €. La défenderesse ne peut qu’être déboutée de l’intégralité de sa demande reconventionnelle." Autrement dit, au nom du Peuple français, la révélation de la maladie vénérienne d’un enfant est une atteinte à l’intimité de la vie privée du père. Ainsi en aura décidé un premier président de cour d’appel (Bordeaux) !!!

En conclusion, ce Christian RISS, premier président de la cour d’appel de Bordeaux : 1) – lui refuse le droit à être jugée dans le dossier Zandwoort pour une quelconque question touchant à sa constitution de partie civile et par extension aux atteintes sexuelles dont son fils a été l’objet, ceci en l’absence du dossier complet, 2) – la déboute de l’aide juridictionnelle totale, de la désignation d’un avocat et des devoirs d’enquête que lui assure pourtant la législation européenne.

Et pour couronner le tout, les plus hautes instances judiciaires françaises n’hésitent pas à afficher le fait qu’un même magistrat, Philippe GUENARD, puisse débouter répétitivement les mêmes personnes qui exposent des faits de pédophilie.

"Censored 31" du 26/03/2009 d’après … (journaliste d’investigation)

1996 Magistrats: Et un pédophile de plus !

29 octobre 2009

L’affaire Marc Dutroux a connu en France, un curieux ricochet. Le 3 sept., un haut magistrat du sud-est de la France a été placé en garde à vue par la gendarmerie. A l’origine de son interpellation, plusieurs plaintes pour attentats à la pudeur et détournements de mineures déposées par les familles.

Or ces plaintes possèdent un étonnant point commun : elles remontent toutes à plusieurs mois et certaines au début de l’année. Explication d’un collègue du magistrat: "Le parquet a longtemps hésité à importuner ce notable local, longtemps juge pour enfants. Une première enquête préliminaire avait bien été ouverte début juillet, mais elle n’a apparemment rien donné. A la suite d’une nouvelle et récente plainte, et, surtout, après les remous de l’affaire Dutroux, la justice s’est rendu compte que sa passivité allait devenir voyante."

Ce serait bien la première fois.

"Le Canard enchaîné"   n °3958   du 04/09/96

Denidejustice souhaite en savoir plus sur cette affaire. Merci de nous aider.

**2001 Magistrats pédophiles niçois protégés.

22 septembre 2009

La corruption judiciaire dans toute sa splendeur !

En 1993, la petite Lauriane, quatre ans, confie à son père que sa mère (le couple est divorcé)  l’emmène dans des "soirées" au cours desquelles elle est victime, avec d’autres enfants, de violences sexuelles perpétrées par un groupe d’adultes. Les déclarations de l’enfant permettront d’identifier plusieurs notables, et parmi eux plusieurs magistrats et un avocat. Par ailleurs, plusieurs expertises et des certificats permettront d’accréditer les propos de Lauriane.

Mais lorsque, Karim Kamal, le père de Lauriane, porte plainte, tout se retourne contre lui.  Son avocat, Me Miguel Grattirola, est convoqué par le bâtonnier de Nice, le 7 avril 94. Il raconte: "Pour tout avocat, le bureau du bâtonnier, c’est un sanctuaire où il se sent protégé de la magistrature. Je suis arrivé dans le bureau et j’ai la surprise de me trouver face au procureur Paul-Louis AUMERAS et au président du TGI René SALOMON. Le procureur m’a dit "C’est simple, ou vous lâchez le dossier Kamal, ou je vous poursuis pénalement". J’étais sidéré. Je lui ai demandé pour quels motifs. Il m’a répondu qu’il se faisait fort de les trouver."

Refusant de se soumettre, l’avocat sera effectivement poursuivi, suspendu et, entre autres, condamné pour "outrage à magistrat". Sanctions qui seront ultérieurement annulées par la cour de cassation.

Harcelé par les procédures et privé de son avocat, Karim Kamal choisit de fuir avec sa fille au USA. La justice américaine lui accorde l’asile politique (c’est la première fois que la justice fédérale accorde le statut de réfugié à un citoyen français) et met en cause la justice niçoise dans cette affaire de réseau pedosexuel. Selon le juge américain Ronald Ohata "M.Kamal a été poursuivi et persécuté" lui sa famille et son avocat " pour avoir combattu la corruption et l’absence de poursuites par des fonctionnaires contre la pornographie et la pédophilie qui étaient perpétrés par des fonctionnaires de haut rang".  Et il ajoute dans son jugement: "le système judiciaire niçois a agi contre M. Kamal du haut jusqu’au bas de la pyramide" et " on a dénié à ce particulier ce que n’importe qui décrirait comme un procès normalement exigible … De même que l’on a mis en place des circonstances  susceptibles de rendre possible des poursuites contre lui, sa famille et son avocat. Poursuite qui ont d’ailleurs eu lieu…"

La mère engage immédiatement une procédure pour récupérer sa fille, ce que les autorités américaines lui ont refusé, les expertises américaines confortant les déclarations de l’enfant. La mère fera enlever Lauriane avec le concours de … deux diplomates français ! Le juge Ohata stigmatise ce kidnapping commis " en sachant pertinemment qu’une juridiction américaine avait interdit le départ de l’enfant en vue d’assurer sa protection dans un lieu sûr".

Le père, Karim Kamal, exilé,  est alors déchu, en France, de son autorité parentale en dix jours !  Puis condamné à six mois de prison pour dénonciation calomnieuse, à un an pour tentative d’enlèvement, encore un an pour enlèvement et encore un an pour subornation de témoin (on lui reproche d’avoir soufflé à Lauriane les accusations qu’elle a formulées).

Le nouveau procureur de Nice, Eric de Montgolfier, dénoncera devant le CSM "de curieuses stratégies judiciaires" dans "un climat particulier":

1) Le juge Jean-Paul RENARD dont le nom avait été cité par la petite Lauriane comme participant à ces "soirées fines" avait néanmoins instruit le dossier. Une violation flagrante des règles juridiques. Un juge ne saurait instruire un dossier dans lequel son nom risque d’apparaître. L’affaire aurait dû être dépaysée.

2) Circonstance aggravante, le juge RENARD avait ouvert un dossier "bis" pour écarter la constitution de partie civile de la famille Kamal, et laisser cette dernière dans l’ignorance du non-lieu qu’il avait rapidement rendu. Les Kamal ont été privés par ce stratagème de leur droit de faire appel.

Dès 1994, le ministère de la Justice, avait eu connaissance du sort réservé à la famille Kamal. Les anomalies du dossier ne l’ont pas fait réagir.

Même inertie lorsque le procureur Eric de Montgolfier déclare devant la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris : "Ce dossier est ce qu’il y a de plus exemplaire dans ce qu’on a pu appeler les dysfonctionnements du tribunal de Nice. Un avocat s’est vu intimer l’ordre de se dessaisir d’un dossier parce qu’il impliquait un magistrat, un plaignant a été désigné comme  suspect, des accusés ont été traités comme des victimes, une déchéance d’autorité parentale a été prononcée dans des conditions étonnantes [...] Il faut que nous sachions: y a-t-il oui ou non des pédophiles au tribunal de Nice ?"

"L’Humanité" du 28/06/2001     d’après  Serge Garde

1999 Un magistrat tripoteur.

1 août 2009

En mars 1999 un magistrat a été sanctionné d’un abaissement d’échelon pour avoir caressé les cheveux, embrassé au coin de la bouche et posé la main sur le sein d’une collégienne venue faire un travail scolaire sur les droits de l’enfant.

"Note 481" sur le conseil de discipline du CSM.


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 49 autres abonnés