Archive for the ‘FOULON Sabine’ Category

*2010 La justice copie les bandes …

9 juillet 2010

Y aurait-il une justice de seconde zone pour des citoyens de seconde zone ?

Telle est la question qui se pose après le pitoyable spectacle offert par la cour d’assises de Pontoise.(1)

Pendant deux semaines, on y a jugé quatre hommes accusés d’avoir tiré au fusil à plomb sur des policiers, lors des émeutes du mois de novembre 2007, à Villiers le Bel, un cinquième étant soupçonné de leur avoir fourni l’arme. Quel que soit le verdict, le bilan sera désastreux. Comme si l’on avait voulu offrir à la « racaille » une justice à son image.

Une justice à deux vitesses, d’abord. Il n’aura fallu que trente mois pour traduire les suspects devant un tribunal. Or dans l’affaire concomitante, celle de la mort de deux jeunes lors d’un choc entre leur moto et une voiture de police (évènement qui fut à l’origine des émeutes) on vient à peine d’annoncer la mise en examen du fonctionnaire qui conduisait. On aurait voulu signifier aux émeutiers qu’ils n’ont pas eu tort de crier à l’impunité qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Une justice au rabais ensuite. Dans ce procès, le dossier d’accusation repose presque exclusivement sur les épaules de cinq témoins « sous x » dont un seul a accepté de se présenter par caméra interposée, visage flouté et voix trafiquée. Un tel simulacre annonce de mauvais jours pour une procédure, celle du témoin « sous x » censée sauver les enquêtes en milieu hostile. Mais pouvait-il en être autrement dès lors que la police judiciaire, pressée par le pouvoir politique, n’avait pas le droit d’échouer dans cette enquête ultrasensible ?

Confrontée à des quartiers où les repères sont brouillés, la justice semble elle-même perdre ses marques : – soit les suspects sont condamnés, et les jeunes des cités seront confortés dans l’idée qu’ils se font de la justice, – soit ils sont acquittés et les flics qui ont fait preuve d’un sang froid exemplaire durant les émeutes, menaceront de se croiser les bras.

« Marianne »  n°689   du 3-9/07/2010 d’après Frédéric Ploquin.

(1) On nous communique les noms des artistes de cette mascarade judiciaire:

– la proc’ reste Marie Thérèse de GIVRY: vous savez, celle qui fait diligence pour régler l’affaire initiale qui met en cause le policier sans doute chauffard qui a tué les deux gamins …

– la présidente de cette brillante cour d’assises qui condamne sans preuve est Sabine FOULON …

« Deni de justice » le 03/08/10

Publicités