Présentation du site

Qui sommes-nous ?

Nous ne sommes, pour l’heure, qu’une poignée de citoyens très ordinaires qui, à titres divers, ont été confrontés à l’appareil judiciaire de notre pays et qui ont pu juger de très près à quel point il pouvait être nuisible, destructeur.

A cela rien d’étonnant puisqu’il est constitué d’individus, les magistrats, totalement déresponsabilisés puisqu’ils n’ont de comptes à rendre à personne sinon à leurs pairs qui vont se montrer tout à fait indulgents à leur égard. Le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) n’est pas plus crédible en matière disciplinaire que le Conseil de l’Ordre des avocats, que celui des architectes ou celui des médecins, corporatisme oblige …

Les incompétents, les fainéants, les abrutis, les malades mentaux, sans oublier les corrompus, les dépravés sexuels etc. peuvent continuer d’oeuvrer tranquillement. Ils ont le droit de démolir des familles, de détruire des existences, mener à la ruine des entreprises, briser des carrières, conduire au suicide des concitoyens sans crainte d’avoir un jour, à en rendre compte, à payer pour leurs fautes.

Seule une énorme « bourde » comme celle d’Outreau fera que l’on s’agitera. Un magistrat sera mis sur la sellette derrière lequel s’abriteront toute une clique d’intervenants tous aussi coupables. On lui adressera une légère remontrance tout en le promouvant, on distribuera quelques indemnités (l’argent du contribuable, le nôtre) aux victimes de l’erreur puis le train-train judiciaire reprendra. Mais des « Outreau », c’est à dire des bavures judiciaires dues à l’incompétence, la bêtise, la fainéantise,  il  y en a tous les jours.

Cela nous ne l’acceptons plus !

Quels sont nos objectifs ?

A l’appui de nos propos nous avons décidé  de collecter un maximum d’affaires judiciaires avec trois  objectifs:

1°) Confronter la magistrature à sa médiocrité.

Rapportées une à une, dans la presse, au fil des jours, ces affaires disparaissent, au feu ou à la poubelle,  avec les journaux qui les ont publiées. Le temps fait son oeuvre et la mémoire oublie.

Mises bout à bout comme nous avons décidé de le faire, elles prennent une autre dimension et nous sommes plus à même d’apprécier le pouvoir de nuisance de ces hommes et femmes trop souvent suffisants, imbus d’eux-mêmes. Et surtout , car s’ils avaient le moindre couperet au-dessus de leur tête, leur attitude serait tout autre.

Et il faut se dire que cette « collection » d’affaires nauséeuses, aussi importante puisse-t-elle devenir, ne représentera jamais qu’une infime partie de la réalité. Trop de  petites gens  qui n’ont pas la capacité de s’exprimer, se verront dire par un avocat complaisant que la justice a jugé en son âme et conscience, que les magistrats se sont appuyés sur une jurisprudence etc. et qu’il faut accepter le jugement. Combien d’autres verront leur requête balayée  parce que « classée sans suite » ou qualifiée « d’inopportune » par un procureur larbin du pouvoir pour couvrir un bourgeois, un édile, un fonctionnaire. Ceci quand on ne vous annoncera pas que votre dossier a été égaré ou qu’aucune plainte de votre part n’a été enregistrée par le greffe, etc…

2°) Faire prendre conscience à nos concitoyens du désordre de la « Justice ».

Mais surtout leur faire comprendre que si leur affaire n’est pas unique, ils ne pourront jamais rien obtenir face à un appareil d’Etat qui n’est pas fait pour les protéger.

A la médiocrité générale de la magistrature vient s’ajouter la complexité des procédures et leurs multiples embûches (la Cour européenne, c’est bien, mais encore faut-il y arriver) mais aussi le coût de ces procédures (frais d’avocat, consignations, etc) inadmissible car la Justice est un service public (actuellement réservée aux riches).

Les convaincre de s’inscrire dans une démarche collective pour une véritable réforme judiciaire qui certes, dans la plupart des cas ne permettra pas de réparer les injustices dont ils ont été victimes mais qui fera que leurs enfants, leurs petits enfants auront peu de chance de se retrouver  » victimes » de cette justice irresponsable.

3°) Mobiliser les élus.

Rappeler aux élus (essentiellement les députés) qu’ils sont à notre service, qu’ils se doivent d’être à notre écoute avant d’être à celle de leur plan de carrière.

Nous allons leur demander individuellement de s’engager dans une réforme judiciaire (rien à voir avec les bouffonneries du couple Sarkozy- Dati) qui au-delà d’être au service des citoyens, permettra aussi à la France d’être une véritable démocratie, ce qu’elle n’est pas aujourd’hui, qui permettra de mettre un frein à la corruption dans notre pays.

Nous allons leur demander de s’engager par écrit à oeuvrer pour la mise en place de lois visant essentiellement:

– l’indépendance de la justice vis à vis du pouvoir politique.

– la responsabilisation civile des magistrats.

– la création d’une instance disciplinaire indépendante du corps de la magistrature.

Leurs réponses (ou non-réponses) vous seront communiquées sur ce blog et il vous appartiendra de juger de leur engagement vis à vis du peuple et de la pertinence à les réélire.

Pour ce faire nous préparons un « Courrier aux élus »  à leur transmettre que vous trouverez ci-après.

Comment nous aider ?

1) En nous faisant parvenir l’histoire de votre propre confrontation à la justice  (si vous en avez une) ou toute autre histoire rapportée par les médias.

2) En soutenant notre action par votre adhésion (gratuite mais dûment formulée: nom prénom, profession, commune) à notre démarche et en nous donnant votre accord pour que ce « Courrier aux élus » leur soit adressé de votre part (nous faisons tout le boulot). Cette adhésion formulez-la dans la rubrique « Ecrivez-nous ». (Les adresses mail resteront confidentielles).

3) En nous aidant sur le plan juridique si vous avez des connaissances et en formulant des suggestions pour faire avancer notre cause.

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :