Archive for the ‘DEGRANDI Jacques’ Category

*2010 Contorsions judiciaires pour sauver Falcone

19 novembre 2010

Il présidait la chambre financière de la cour d’appel de Paris et, à deux reprises déjà, il avait refusé de remettre en liberté l’homme d’affaires Pierre Falcone. Ce dernier, grand ami du président angolais Dos Santos, a été condamné à 6 ans de prison dans le tentaculaire dossier de l’Angolagate.

Depuis des mois le juge Christian Pers planchait sur cette affaire qui met en cause Charles Pasqua, Jean-Christophe Mitterrand, l’ancien préfet Jean-Charles Marchiani et Pierre Falcone : livraisons d’armes à l’Angola, trafic d’influence, abus de biens sociaux et pots de vin …

Mais coup de théâtre, le juge Pers ne présidera pas le procès en appel de l’Angolagate qui doit débuter le 19 janvier et durer deux mois. Il a été convoqué, toutes affaires cessantes, voilà quinze jours, par le Conseil supérieur de la magistrature (1) et par son Premier président de la cour d’appel. « Il lui a été signifié qu’il était le meilleur, et qu’il était donc promu au poste qu’il demandait à la cour de cassation » raconte un magistrat.

Et son successeur a été soigneusement choisi par le Premier président, Jacques DEGRANDI, pour ses compétences en la matière de trafic d’armes : Alain Guillou était, jusqu’à présent, chargé … des délits dans les transports et de la circulation.

Pour étudier ce dossier ultra-embrouillé, délicat et lourd de 250 volumes, il dispose de deux mois. Soit, week-ends compris, quatre volumes par jour. Fastoche ! Du coup le Palais de Justice bruit de commentaires acerbes sur « ces manoeuvres d’une grossièreté sans nom pour sauver Pierre Falcone ». S’agirait-il de rétablir de bonnes relations avec l’Angola et son président ?

Pour y parvenir tous les moyens sont bons. Il y a peu l’un des assesseurs de la chambre qui jugera l’homme d’affaires, et qui est lui aussi peu enclin à la mansuétude, a été approché par un collaborateur de l’ex-ministre du Travail Eric Woerth (note de Ddj: celui-là on le retrouve dans tous les coups tordus …). Cet étrange émissaire lui a proposé de quitter son poste pour une « mission » de la plus haute importance quoique aux contours assez flous. Hélas l’assesseur n’a pas donné suite à cette honnête promotion. Encore un qui ne regarde pas d’assez près les coûts du pétrole angolais.

« Le Canard enchaîné »  n° 4699 du 17/11/2010  art. signé D.S.

(1) il faut se souvenir que le CSM est présidé par le Président de la République donc Nicolas Sarkozy et que le vice-président en est le garde des Sceaux en l’occurrence Michèle Alliot-Marie : ceci explique celà

2010 Clearstream : Un choix magistral

15 septembre 2010

A la cour d’appel de Paris, la cause semblait entendue. L’affaire Clearstream allait être rejugée, au printemps 2011, par la chambre spécialisée dans la « protection des droits de la personne et de la présomption d’innocence ». Ce choix paraissait logique pour examiner une histoire de dénonciation calomnieuse. Et le président de la chambre, Alain Verleene, avait été prié par sa hiérarchie de faire de la place dans ses locaux exigus pour accueillir ce dossier extrêmement volumineux.

Mais, juste avant l’été, le magistrat apprend que l’affaire lui passe sous le nez : le Premier président de la cour d’appel de Paris, Jacques DEGRANDI, s’est brusquement ravisé. S’est-il souvenu que son collègue Verleene a compté durant des années parmi les dirigeants du Syndicat de la magistrature ? Et que l’Elysée risquait de faire les gros yeux ?

Jacques DEGRANDI décide alors de confier à une cour spéciale (quel vilain mot …) le soin de juger l’ex-Premier ministre (« Le Monde » 11/9). Mais ce choix a soulevé un tollé au Palais de justice et déclenché les hurlements de Villepin, qui dénonce une « manipulation ».

Devant l’avalanche de protestations, DEGRANDI a fini par adresser, le 13 septembre, un drôle de courrier à ses magistrats et à la presse. Le Premier président y jure que « l’expérience et la compétence » des juges qu’il désignera lui-même seront « incontestables ».

Comme si ce n’était pas naturellement le cas pour tous les procès …

« Le Canard enchaîné »   n° 4690  du 15/09/2010