Archive for the ‘PUIG Charles’ Category

*2002 Brève initiation au fonctionnement de la justice

22 novembre 2009

En prison depuis plus d’un mois (le 19 juin 2002) José Bové aurait pu sortir le 19 juillet. Ses avocats avaient demandé sa libération conditionnelle comme on le fait pour n’importe quel détenu. Et le juge d’application des peines de Montpellier la lui avait accordée.

Mais c’était compter sans Charles PUIG, procureur de la République de Montpellier, qui a fait immédiatement appel, comme il l’avait d’ailleurs annoncé, et maintenu Bové en taule.
Les motifs invoqués ? « Le risque de récidive ». Il est vrai que, à peine sorti de prison, Bové, rendu fou furieux par son incarcération, sa grève de la faim et ses onze kilos en moins, se serait immédiatement attaqué à mains nues au premier McDo qui passait par là, l’aurait démentibulé, concassé, rasé ! Ce moustachu est un vrai fauve, chacun le sait.
Autre raison de le maintenir en cellule d’après ce proc’: « l’incompréhension de l’opinion publique ». L’opinion publique ne comprend pas, en effet. On relâcherait Bové, alors que c’est le seul syndicaliste paysan en prison ? Il en faut bien un qui paie pour les autres, quand même! Lorsque sous le regard bienveillant de la FNSEA les éleveurs saccagent des entrepôts de viande, comme à Fougères en oct 2001, détruisant 2000 tonnes de viande et faisant 10 millions d’euros de dégâts, aucun d’eux ne va en taule. Mieux : c’est l’Etat (nous contribuables) qui rembourse la casse.

L’opinion publique comprend qu’il y a quelque chose qui cloche au pays de l’impunité zero. L’opinion publique comprend que Bvé est un parfait bouc émissaire. L’opinion publique comprend que le proc’ Charles PUIG est en train de lui donner un cours très lumineux sur la manière dont la justice fonctionne dans ce pays.
Et elle adore qu’on éclaire sa lanterne, l’opinion publique !

« Le Canard enchaîné » n°4265 du 24/07/2002 d’après J.-L. P.