Archive for the ‘BOYER Francis’ Category

**2006 Un proc’ aux propos racistes récidiviste

19 novembre 2010

On se souvient que le journal « Midi Libre » dans son édition du 6-8 mars 2005 avait relaté les dérapages et plaisanteries douteuses du vice-proc’ BOYER Francis (cf.notre billet  » 2007 Le proc’ qui adore les gitans »)

Le même proc’  récidive dans une affaire de travailleurs clandestins concernant des Maghrébins sans papiers travaillant dans une exploitation agricole spécialisée dans la production de melons. Il ne peut alors s’empêcher de jouer sur le mot « melon » (une des multiples appellations racistes anti-arabes au même titre que « bicot », raton », etc.)

Et toujours dans la même audience, dans une affaire concernant des faits de violences commis dans les locaux de la préfecture du Gard, le mis en cause d’origine marocaine qui sollicitait sans succès un regroupement familial pour son épouse vivant au Maroc s’est entendu dire par le proc’ que s’il n’était pas satisfait de l’administration française, il n’avait qu’à envisager « le regroupement familial dans l’autre sens ».

A Nîmes les propos du vice-proc’ avaient suscité pas mal de réactions. Francis BOYER s’était alors défendu assurant que « ces propos accidentels n’étaient en aucun cas conformes à ses modes de pensée. »

Le MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié des peuples) , dénonçant les injures à caractère raciste, avait porté plainte avec constitution de partie civile  contre Francis BOYER. L’affaire avait été dépaysée à Lyon. Le juge d’instruction avait alors rejeté la demande du MRAP, « expliquant » que « les réquisitions des magistrats et observations du ministère public ne peuvent donner lieu à une action judiciaire en injure … ».

« Tout de même, constate l’avocat du MRAP, ces propos n’ont pas été tenus par n’importe qui mais par un vice procureur de la République, représentant la société. Sa liberté de parole ne lui permet pas de tenir des propos d’une telle gravité ».

Le MRAP avait fait appel de ce non lieu qui devait être examiné par la chambre d’instruction de Lyon en décembre 2005. .. En vain semble-t-il (nous souhaiterions connaître l’issue de cet appel).

Point de sanction pénale donc, corporatisme judiciaire oblige.  Seule réponse, une « sanction » administrative puisque le magistrat sera muté d’office à Toulouse.

« Deni de justice »   le 18/11/2010


Publicités

*2007 Le proc’ qui adore les gitans

15 juin 2009

Rapportés  par le « Midi libre » ces propos étonnants d’un substitut à une audience du 4 mai 2005 au tribunal  correctionnel de Nîmes: « Un gitan qui a avalé l’agneau dont on voit la queue sortir de sa bouche soutiendra encore qu’il ne l’a pas volé! » braille Francis BOYER à l’adresse d’un gitan poursuivi pour vol.

Décidément très en forme, il poursuit sur sa lancée, en visant cette fois les Arabes qu’il appelle les « Melons ».

« C’est un type à problèmes, aimant les saillies et les jeux de mots, raconte un collègue. Il avait sûrement l’habitude de parler comme ça dans le secret de son cabinet lorsqu’il était juge d’instruction. Il a fait pareil à l’audience … » Son nouveau trait d’esprit, en tout cas, suscite « une légitime émotion » au tribunal, et le procureur tranmet l’affaire au Conseil supérieur de la magistrature pour sanction. Parallèlement, le Mrap porte plainte pour « injures racistes » et le dossier est « dépaysé » à Lyon.

Que croyez-vous qu’il arriva ?

Le juge d’instruction prononça un non-lieu, confirmé en appel par la chambre de l’instruction de Lyon, au motif « qu’il n’appartient pas au juge du siège de censurer les propos du représentant du ministère public ». Remarquable clémence, surtout venant de la cour d’appel de Lyon, connue pour être sans pitié envers les délinquants. Magistrats exceptés, on le sait maintenant.

Heureusement, le Conseil supérieur de la magistrature a pris la relève et proposé au garde des Sceaux « un déplacement d’office » compte tenu de « propos au caractère objectivement raciste ». Muté, Francis BOYER exerce désormais à Toulouse comme vice-procureur …

Après cette horrible sanction, comment certains peuvent-ils encore oser taxer les magistrats de corporatisme ? …

« Le Canard enchaîné »   n° 4503 du 14/02/07 art. non signé