Posts Tagged ‘KEIL Patrick’

2011 Un proc’ radié mais combien d’autres protégés ?

28 juin 2011

C’était en 2008, le substitut du proc’ de Montpellier, Patrick KEIL était mis en examen pour « corruption » .

Mis en examen et écroué à Toulouse, le substitut était accusé d’avoir touché de l’argent pour essayer d’intervenir dans une enquête touchant l’un de ses amis, un dentiste véreux. Compagnon des soirées très arrosées du magistrat, le docteur Gilles Payen était mouillé jusqu’au cou dans une affaire d’escroquerie à la Sécu, portant sur 300 000 euros.  Ce qui lui valu d’être incarcéré. Mais le dentiste supporte très mal la détention. Et pour retrouver plus rapidement sa liberté, il imagine de proposer un deal un peu particulier à la justice locale : il propose de dénoncer la corruption qui règne au tribunal de Montpellier contre un allègement de ses charges. Le parquet général de la ville fait mine d’accepter cette indécente proposition.

Aussitôt le dentiste rédige une bafouille racontant par le menu comment, les mois précédents, il avait « dépanné » le substitut alcoolo KEIL à coups de 100, 200 euros. En contrepartie celui-ci l’avait rencardé sur l’avancement de l’enquête sur l’escroquerie. Cette lettre permet aussitôt l’arrestation du substitut qui avoue et se retrouve derrière les barreaux.

Seulement voilà: la lettre de dénonciation du dentiste qui figure au dossier a été grossièrement raturée et tronquée. Y subsistent les faits concernant le substitut KEIL.

Mais le dentiste y mettait  en cause d’autres magistrats de la ville dont lui avait parlé KEIL. Très bavard lorsqu’il avait un peu trop bu, le substitut ripoux avait affranchi son ami dentiste sur les petits arrangements qui existent au tribunal.

Qui a biffé ces révélations supplémentaires ? Est-ce l’avocat du dentiste qui a porté le pli au parquet général ? Ou sont-ce les hauts magistrats d’accord pour faire plonger un petit juge mais pas nécessairement pour décimer un tribunal ?

L’énigme empoisonnera l’atmosphère du TGI de Montpellier, et la Chancellerie  en la personne de Rachida DATI, se contentera d’organiser un mouvement de mutation dans la magistrature de Montpellier … Le dossier sera délocalisé sur Paris, Patrick KEIL sera radié.  Mais les autres ?

Deni de justice d’après un art. de Fred Lonah du 05/09/08 sur « pedostop.wordpress.com »

Publicités

** 2009 Un proc’ alcoolo corrompu.

6 septembre 2009

Après dix-huit ans dans la magistrature, Patrick KEIL s’attend à faire une croix sur sa carrière. A 46 ans, celui qu’on surnomme le Petit Procureur s’apprête à sortir par la petite porte. Hier le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a recommandé la révocation de ce substitut du parquet de Montpellier (Hérault) impliqué dans une affaire de corruption.

C’est la sanction maximale, à un détail près : le CSM a demandé le maintien des droits à la retraite du magistrat. Il appartenait à la garde des sceaux de trancher qui devait rendre sa décision au mois d’août (2009).

Muté à Montpellier en 2005, le substitut avait sombré dans l’alcoolisme puis s’était laissé corrompre par un compagnon de boissons, un dentiste indélicat. Le magistrat lui avait fourni des informations confidentielles en échange d’argent. Mis en examen, Patrick KEIL a été écroué trois mois puis laissé « libre » sous contrôle judiciaire.

« Le Parisien »   du 22/07/2009

La garde des Sceaux a décidé le 24/07/09 la révocation sans suspension des droits à la retraite de Patrick KEIL suivant ainsi l’avis du CSM.

Parallèlement à cette mesure disciplinaire l’ex-magistrat doit répondre sur le plan pénal de soupçons de « corruption passive de magistrat » et de « violation de secret de l’enquête »