Posts Tagged ‘Joxe Pierre’

*2010 La profanation du cimetière de Carpentras.

25 avril 2010

Le 10 mai 1990 on découvre que le cimetière israélite de Carpentras (Vaucluse) a été profané. Deux ans plus tard, une jeune fille de Carpentras est assassinée. Les deux dossiers sont liés et confiés à la juge d’instruction Sylvie Mottes.

Cinq ans plus tard, alors qu’une information contre X pour « profanation de tombeaux et sépultures » et pour « injures à caractère raciste » est ouverte dès le 11 mai 90, alors que ce juge a auditionné 500 témoins et mis un centaine d’individus en garde à vue, la justice n’est toujours pas en mesure de prononcer la moindre mise en examen.

C’est alors que des rumeurs circulent. Des adolescents nantis de Carpentras, amateurs de drogue et de jeux de rôle, auraient pu organiser une partie macabre dans le cimetière juif. On attribue également la profanation au Front National …
Dans le même temps un nouveau procureur, Jean-Michel TISSOT, arrive à Carpentras en 1995 qui, curieusement, entre en conflit avec la juge dans les jours qui suivent. Par voie de presse, il critique la lenteur de l’instruction. Par le biais d’une émission de télévision sur TF1 il annonce « des mises en examen dans les semaines à venir ». Après supplément d’enquête, la juge désavoue le proc’ ne trouvant aucun nouveau motif d’inculpation. Néanmoins ce proc’ obtient de la Cour de cassation le dessaisissement de la juge et le dossier est confié à un juge marseillais. Celui-ci se montrera, à son tour, incapable, et pour cause, de faire avancer plus avant le dossier …

Ce n’est que le 30 juillet 1996 qu’un certain Yannick Garnier se présente spontanément au commissariat d’ Avignon et avoue être l’un des profanateurs. Il explique qu’il a besoin de se libérer de cette affaire. Il dénonce ses quatre complices. Trois d’entre eux sont arrêtés immédiatement, sauf le quatrième qui était le meneur décédé en 1993 dans un accident de la route.

Leur procès débute huit mois plus tard, le verdict est rendu en avril 1997, ils sont condamnés à des peines de 20 – 24 mois de prison.

Mais, s’il s’agit bien d’actes d’anti-sémitisme, aucun lien n’a pu être établi avec le Front National qui n’est nullement concerné.
Par ailleurs, un documentaire diffusé sur Arte en 2001 établit l’existence de manipulations autour de cette affaire afin de faire inculper le fils innocent du maire UDF de Carpentras qui se trouvait être amateur de jeu de rôles. Ce documentaire produit les comptes-rendus effectués par les RG de conversations téléphoniques entre Jacques Pradel et le procureur, conversations au cours desquels ils s’entendaient pour faire pression sur la juge d’instruction.

Enfin Sylvie Mottes, concernant le meurtre de la jeune fille, avait déjà découvert une écoute téléphonique entre les parents de la défunte et ce même procureur …

Yves Bertrand, directeur des RG de 1992 à 2004, affirme dans son livre paru en 2007 que Mitterrand en personne, via le ministère de l’intérieur (Pierre Joxe) est à l’origine de ces manipulations de la presse et du défilé de 200 000 personnes. Il tenait là l’occasion de diaboliser le FN pour rendre impossible toute alliance, même locale, avec la droite.

Le comportement  incongru du procureur de Carpentras Jean-Michel TISSOT (son conflit immédiat avec la juge d’instruction, ses déclarations tapageuses sur les mises en examen, ses communications téléphoniques à l’insu du juge d’instruction, sa volonté d’obtenir le dessaisissement de Sylvie Mottes, son refus de lui assurer une protection policière alors qu’elle était menacée ) laisse songeur. Dans cette affaire il apparaît comme le prototype des procs’ actuels devenus « larbins » du pouvoir … tellement asservis que la Cour européenne s’interroge sur leur statut de magistrat.

Manifestement ce proc’ avait totalement oublié le contenu du serment prononcé à la sortie de l’Ecole de la magistrature …

« Denis de justice » le 25/04/10