Posts Tagged ‘GAUDINO Chantal’

**1998 L’innocence ne paie pas …

14 janvier 2011

Surprenantes variations du prix du séjour en taule …

Victime célèbre d’une erreur judiciaire, Jean Chouraqui vient de saisir la Cour européenne des droits de l’homme. Heureux patron de plusieurs cliniques de Marseille, il s’est, en février 1990, retrouvé en cabane aux Baumettes. Il y est resté deux ans et demi ! Motif : une juge marseillaise, Chantal GAUDINO, sans aucun élément de preuve, croyaut néanmoins dur comme fer qu’il avait, deux ans plus tôt, trucidé un concurrent gênant, Léonse Moût.

Erreur ! En 1994 la cour d’assises des Bouches-du-Rhône acquitte Chouraqui. Retour à la casse départ. Totalement blanchi, le patron de clinique s’adresse alors à la Commission d’indemnisation de la détention provisoire. Un organisme chargé d’effacer avec des chèques les « bourdes » des juges qui bouclent un peu trop vite des « coupables » rêvés. Ladite commission accorde à Chouraqui la somme de 600000 F.

Le destinataire du chèque, lui, trouve  bien légère cette réparation. Le préjudice subi par sa personne et par ses entreprises, il l’évalue à 90 millions. Il va donc, ces jours-ci, attaquer l’Etat au nom de chacun de ses établissements lésés (il a d’ailleurs dû encèder plusieurs). C’est l’objet de son recours devant la Cour européenne. Jean Chouraqui veut attirer l’attention sur la pratique de la Commission d’indemnisation qui ne motive jamais ses décisions e »t remplit, selon, lui, sesz chèques « à la tête du client ».

Apparemment, aurait peut-être raison…

Ainsi un entrepreneur en maçonnerie s’est retrouvé en faillite après avoir été embastillé six mois, alors qu’une quarantaine de témoins affirmaient l’avoir vu travailler à 500 km du lieu du crime dont on l’accusait. Montant de l’indemnisation : 450000 F.

L’origine et le statut social déterminent-ils le montant des indemnités accordées ? Cela en a tout l’air.

Pour avoir été bouclé pendant un mois, un Maghrébin a reçu 625 F alors qu’un gendarme a encaissé 35000 F. Mais un commissaire hébergé contre son gré à la santé pendant quinze jours a palpé 150000 F. Ce qui fait le mois de taule à 300000 F.

Juge, c’est tout de même un beau métier. On peut se tromper sans rendre de comptes à personne d’autre qu’à son âme et sa conscience … quand on en a une ! Les compensations financières sont prises en charge sur le Trésor public, sans retenue sur salaire.

« Le Canard enchaîné »   01/1998

 

Publicités

1997 Une justice sonnée et trébuchante.

9 juin 2009

Cela vaut combien deux années passées en taule injustement ?

Pour Jean Chouraqui et Richard Roman, respectivement 600000 francs (un record) et 10000 francs. Le premier a été acquitté dans l’affaire des cliniques de Marseille, le second reconnu innocent du meurtre de la petite Céline.

Plus de deux ans au trou  … pour rien, sans motif valable. Résultat des réputations en morceaux. Des affaires, dans le cas Chouraqui en faillite. Un véritable calvaire pour Roman, qui était considéré par ses co-détenus et les matons comme un violeur et un assassin d’enfant.

Selon le journal « Le Monde » du 6-7/04/97, « le nombre de personnes indemnisées de 1981 à 1994 est passé de 13 à 23. Dans le même temps le montant des sommes versées par la commission est passé de 265000 à 833000 francs ». Une inflation intéressante, qui ne concerne pas les petites affaires, pour lesquelles on peut vous envoyer préventivement au trou pendant des semaines ou des mois avant de vous reconnaître innocent. En ce cas, ni argent ni excuses, mais la sortie avec une bon coup de pied aux fesses.

Les pilotes d’avion quand ils se crashent, sont sanctionnés voire condamnés. Mais les juges quand ils s’emmêlent le glaive et la balance, continuent de sièger impavides. Ou mieux d’être promus, comme cette Chantal GAUDINO qui avait maintenu Chouraqui en taule sous l’ oeil bienveillant des juges de la chambre d’accusation. Au suivant…

On n’ira pas jusqu’à proposer que les agités du pénal paient de leur propre poche des indemnités aux citoyens qu’ils ont indûment enchristés. Ce serait très exagéré.

Plus exagéré que la détention préventive ?

« Le Canard enchaîné » n° 3989  du  09/04/97

Deni de justice souhaiterait connaître les juges de la chambre d’accusation …