Posts Tagged ‘désordre judiciaire’

** 2011 Où l’on reparle du tribunal de Nîmes …

17 juin 2011

… du tribunal de Nîmes et de son président.

Ce 16 juin et pour la quatrième fois en sept mois, les services judiciaires feront une nouvelle descente au palais de justice de la ville, le propulsant au rang de tribunal le plus inspecté de France !

En novembre 2010, « les boeufs-carottes de l’hermine » toquaient une première fois à la porte d’une juge. Selon le président du TGI de Nîmes, Jean-Pierre PIERANGELI, son chef, elle avait accumulé un retard important dans son travail. Coïncidence, lors d’une enquête administrative en 2008, cette proche du S M (syndicat de la magistrature politiquement ancré à gche) avait elle-même débiné la gestion « humaine » de ce président qui l’avait appris.

Cinq mois plus tard, en avril 2011, c’est au tour de Jean-Pierre Bandiera surnommé « Libérator » par ses adversaires, d’être contrôlé. « Il rend des décisions sur le droit des étrangers qui irritent le pouvoir » affirme Matthieu Bonduelle, secrétaire général du SM. Traduisez : il ne s’en laisse pas compter quant aux quotas à fournir sur les retours à la frontière.

La semaine dernière, rebelote. Cette fois, c’est le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) qui visite l’arène judiciaire, peu avant la feria.

Et donc à partir du 16 juin, l’ensemble de ce tribunal turbulent sera passé à la question. « C’est une chasse aux sorcières dirigée contre ceux qui sont soupçonnés d’être rouges » s’amuse un magistrat.

Agiter la muleta ? Une spécialité régionale …

« Le Canard enchaîné  »    du 15/06/2011 d’après …

**2010 Un juge fainéant et conséquences sur un dossier.

28 avril 2010

Un juge fainéant … et un autre qui roupille !

Le doyen des juges d’instruction Didier LEGRAND au TGI du Mans a certes été mis à la retraite d’office par le CSM pour « dissimulation et falsification » mais que de dégâts commis alors qu’il dormait depuis plusieurs années sur ses dossiers ! Quelques 70 dossiers dormaient ainsi depuis des années …

Un exemple parmi d’autres.

Cinq ans ont passé et toujours pas de résultat quant au meurtre du couple du Mans  Belluardo (comédien) -Chide (professeur de français).
Le juge LEGRAND en charge initiale de l’affaire avait non seulement ignoré les familles des victimes, mais il n’avait non plus, ni coté les pièces du dossier ni constitué les parties civiles.
Après éviction du juge LEGRAND, un deuxième juge d’instruction sera saisi et fera ce travail de rattrapage, sans l’aide d’un greffier, avant d’être muté à son tour.
Depuis sept.2008, le dossier est arrivé sur le bureau d’un troisième juge, Olivier GUERIN qui, à ce jour, n’a pas donné signe de vie. « Je ne l’ai jamais vu ni entendu » déclare Julie Chide la fille de la prof de français. Ce troisième juge se serait-il lui aussi endormi sur les 8 tomes du dossier ?

Conséquences de ce désordre judiciaire.

Julie Chide ne peut accéder à la maison de sa maman mise sous scellés pour les besoins de l’enquête (quelle enquête ?) et qui tombe en décrépitude. En revanche elle doit s’acquitter depuis 5 ans des taxes d’habitation et d’assurance de la maison.
Elle ne peut non plus bénéficier des 2 assurances-vie contractées par sa maman l’une parce qu’elle ne peut récupérer certains documents nécessaires qui sont « bloqués » dans la maison, l’autre parce que la justice n’a pas fourni les pièces qui permettraient de débloquer l’argent.

Ainsi va la justice … Les magistrats se succèdent, s’endorment sur les dossiers, le justiciable se morfond et tout le monde s’en fout ! Les gardes des Sceaux se succèdent eux aussi, se montrent incapables d’engager les vraies réformes judiciaires qui mettraient rapidement un terme à tout ce désordre. Comme la responsabilisation civile des magistrats qui en empêcherait un bon nombre de roupiller … Si le juge LEGRAND avait à indemniser les familles des défunts des préjudices causés par ses négligences, cela en réveillerait sans aucun doute quelques autres …

« Denidejustice » le 28/04/10