2011 Repassez dans trois ans !

La justice n’est pas toujours expéditive. Parfois elle prend son temps, tout son temps…

En 2008, Roland Iung, alors qu’il vient d’avoir 65 ans,  décèle une erreur dans le calcul de sa retraite, à laquelle manqueraient, estime-t-il, 350 euros par mois.

Au tribunal des affaires de Sécurité Sociale d’Evry, trois ans plus tard, le 30 mai 2011, il est débouté. Il a maintenant 68 ans. Il fait appel.

Et ça ne traînera pas. Enfin presque … Il vient de recevoir sa convocation pour le 13 février …2014 ! Il aura alors 71 ans.

« Attention, il s’agit bien de l’année 2014 » a soigneusement indiqué me cour d’appel de Paris en grosses lettres soulignées tant la date semble extravagante.

Et impossible de recueillir une quelconque information. « On n’est que trois… » répond-on gentiment à la première présidence de la cour.

Sans doute, mais les palais de justice déserts à raison de trois mois bien tassés par an, n’est-ce pas là une explication plus pertinente ? Et les jugements absurdes rendus en première instance par des juges incompétents qui de ce fait encombrent les tribunaux par des procédures en appel, c’en est sans doute une autre ?

« Canard enchaîné »  du 3 août 2011, d’après ….

Étiquettes : ,

Une Réponse to “2011 Repassez dans trois ans !”

  1. Sautron Says:

    Sautron si je donne des exemples du vécu c’est pour en informer aux autres.

    Il faut savoir, quand une affaire judiciaire est sérieuse.
    Bien souvent, trop souvent !
    La justice passe outre d’avoir pris connaissance des pièces justificatives qu’on leur confie qui sont à notre avantage.
    D’autant plus si ces pièces ont une traçabilité des fautes commise par des magistrats ou autres membres privé ou administratif ou encore à certaines personnalités qui sont accusées de faux, falsifications des pièces, escroquerie etc…, l’astuce du tribunal c’est de faire lanterner les procédures pendant des années, c’est aussi un atout et rien de plus pour éviter de parler des erreurs judiciaire qui rarement sont reconnues comme telles.
    Les magistrats s’auto-protègent entre eux et entre personnalités comme le disent.
    C’est la dérive dans la procédure que dit et que fait le tribunal ?

    (1) Les pièces n’ont pas été remisent dans les délais respectif par la victime.
    (2) Il sera occasionné des renvoi répétés, des retards dans les transmissions des rapports d’expertise et autres …
    (3) Les pièces gênantes qui dénoncent les personnes protégées par le tribunal seront déclarées perdues ou disparues pour les écarter de leurs lourdes fautes et des peines qu’ils en courent.
    (4) Dans certains cas il y aura même absence d’enquête.
    (5) Le tribunal fera aussi de fausses déclarations à toutes demandes pour ne pas mettre en cause les vrais coupables.
    (6) Certains magistrats et employés administratif capable de faire des menaces à la victime pour tenter de la faire taire.
    Au résultat : des procédures interminable, des droits bafoués, des vies bouleversées, des familles ruinées.
    Tout se ramène aux points maçonniques placés à des endroits précis les symboles des trois points alignés ou triangulaires et sous tout autres formes placés en rajout de lecture des frères maçons dans les textes des jugements et arrêts rendu par le tribunal. Ces signes se font appelés main invisible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :