** 2011 Irresponsable !

Ce mercredi 4 mai 2011 un toxicomane de 19 ans était, pour des vols à l’arraché, incarcéré dans les geoles au sous-sol du TGI de Bayonne. Il devait être jugé le lendemain. Très agité car en état de manque, il subira des pulvérisations de gaz lacrymogènes à la demande de Alain TESSIER-FLOHIC, président du TGI de Bayonne.

C’est le journal Sud-Ouest qui révèle l’affaire. Le prévenu, torse nu, hurlait dans la salle des comparutions immédiates après ce gazage et se tordait de douleur en s’épongeant les yeux, contraignant la magistrate président l’audience à la suspendre et à appeler le service médical d’urgence.

Le président se justifie misérablement. « Il hurlait, se tapait la tête contre les murs pendant deux à trois heures » dit-il jugeant que l’on « ne pouvait imaginer qu’il était en état de manque ».

Selon Alain TESSIER-FLOHIC on pouvait  « soit le ramener à la raison, soit lui faire administrer une piqûre de tranquillisants par un médecin mais en ce cas il n’aurait plus été en mesure de se défendre. Nous avons choisi une autre solution pour qu’il puisse comparaître: le gaz pour le neutraliser ». Et d’expliquer: « Il s’est débattu, a retiré ses vêtements (…) Lorsqu’il a été transféré en salle d’audience, il était dans un état de grande excitation ».

Pour sa part, Marie-Hélène Ville, la présidente, a considéré au contraire que « quand quelqu’un pose un problème médical, on demande l’assistance d’un médecin, on n’utilise pas une mesure de répression ». Elle a jugé l’affaire « gravissime » évoquant des « procédés inhumains et dégradants ».

Quant à l’avocate, elle s’insurge : « On n’a jamais vu cela: sur ordre du président, gazer un prévenu alors que deux escortes policières étaient présentes ». La bombe lacrymogène a été utilisée « sans retenue » et « les policiers avaient les moyens d’agir autrement pour calmer son client », un toxicomane en phase de sevrage qui « n’avait peut-être pas pris des doses suffisantes ».

« Sud-Ouest » et AFP 06/05/2011 d’après …

Étiquettes : , , ,

4 Réponses to “** 2011 Irresponsable !”

  1. VIALETTE Says:

    Marie-Hélène Ville…….

    Il faudrait créer un tableau d’honneur pour afficher les noms des magistrats qui ont des réactions honnêtes, humaines et… sensées.

    Faire connaître les mauvais qui causent du tort à la société, c’est très bien… mais ce serait bien aussi de faire connaître ceux que les autres devraient prendre en exemple.

    • denidejustice Says:

      Oui ! Nous y pensons parfois. Mais vos arguments, « réactions honnêtes et humaines », ne sont que les qualités élémentaires que l’on demande à un magistrat. Alors doit on récompenser ceux qui ne font que leur boulot consciencieusement ?

      Par contre, épingler les « voyous », pardon les « dévoyés » (1) et laisser ainsi leurs noms gravés pour la postérité est plus important. Et puis il y a tout de même d’autres magistrats qui font consciencieusement et sans bruit leur travail et ce serait injustice que de ne pouvoir les nommer faute de les identifier…

      Ce que nous retiendrons dans l’attitude de cette magistrate, c’est d’avoir osé enfoncer sa hiérarchie.

      (1) Il y a un langage (« voyou ») pour la racaille d’en bas, celle des cités et un autre (« dévoyé ») pour la racaille d’en haut, celle des tribunaux, des ministères, de la haute administration etc. Mais c’est la même étymologie …

      • VIALETTE Says:

        Bien sûr… En plus de cela il y a aussi ceux qui ne « savent pas trop où ils habitent » (trop peu de jugeote pour être juges) qui peuvent glisser une fois d’un côté, une fois de l’autre. Pas facile. Disons que l’essentiel est, comme vous le dites, de désigner publiquement les auteurs de fautes graves.
        Pour ce qui est des « voyous » et « dévoyés », c’est l’éternel conditionnement qui fait que la considération du citoyen lambda (pour ne pas dire zombie) varie selon que l’intéressé « porte une cravate » ou non.

  2. MARGUERITAT Claude Says:

    Et demain il fera quoi ce triste sire ? Lui ou un autre d’ailleurs ! Ce sera le flashball ou mieux encore le taser ? Et pourquoi pas la gégène ? Tout ça, ça vous calme un excité !

    Ce gazage d’un détenu (qui plus est en atmosphère réduite, celle de sa cellule) relève de la torture ! Et son ordonnateur devrait être traduit en comparution immédiate pour être, dans la foulée, rayé de la magistrature.

    Et son argumentation est débile !

    « on ne pouvait imaginer qu’il était en état de manque » : pour une réflexion intelligente sur le comportement du toxico, pas d’imagination, stérile le magistrat, mais pour les conneries il en a eu de l’imagination !

    « une piqûre de tranquillisant (…) il n’aurait pas été en mesure de se défendre », « nous avons choisi une autre solution pour qu’il puisse comparaître: le gaz lacrymogène pour le neutraliser. » : ça c’est mûrement réfléchi ! Le résultat est là.

    Bref tout cela ne transpire pas l’intelligence …

    Mais quelle sera l’attitude du garde des Sceaux ? On attend de voir …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :