2011 Le parquet couvre la police …

Grégoire Sully, la cinquantaine, est originaire de Martinique. Le 21 janv.2009 il se rendait à son travail à Paris. Arrivé sur la place de la gare à Creil son attention est attirée par un contrôle de police. Il observe un moment et constate que les fonctionnaires contrôlent exclusivement des personnes noires. Il pénètre alors dans l’enceinte de la gare. Aussitôt les policiers lui demandent de justifier son identité. Il sort son portefeuilles mais demande dans le même temps les raisons de ce contrôle. « Réquisition du procureur ». Grégoire Sully leur fait part de son étonnement au vu des contrôles au faciès systématisés : « Mais vous n’exécutez pas vraiment ce que demande le procureur » ose-t-il. Ils répondent  » Critères d’extranéité ». « Mais comment pouvez-vous deviner si je suis ou non un étranger … »

Les fonctionnaires de police coupent court, empoignent Grégoire Sully, l’entraînent une centaine de mètres plus loin sur le quai, le plaquent contre un mur et le menottent dans le dos, provoquant une blessure au poignet. L’un des flics lui arrache son portefeuille, l’ouvre et constate que Grégoire  Sully  est … fonctionnaire de police. Les policiers lui demandent pourquoi il n’a pas fait état de sa profession, lui ôtent les menottes et lui demandent de présenter sa pièce d’identité.

Avant de partir, un agent SNCF témoin de l’interpellation, lui propose de témoigner.

Le 26 janvier suivant, Grégoire Sully alerte officiellement sa hiérarchie. Le 20 février il dépose plainte devant l’Inspection générale des services (IGS). Le 3 mars il écrit au procureur de la République de Senlis pour connaître les suites de sa plainte. Le 13, il relance sa hiérarchie dans le même but. En novembre 2010 l’agent de la SNCF confirme par écrit son témoignage qu’il a produit devant l’IGS.

En mars 2011, devant l’inertie générale, Grégoire Sully dépose finalement une plainte avec constitution de partie civile : ni le parquet, ni l’IGS n’ont jugé utile de donner une suite judiciaire à ces évènements…

« France-Antilles.fr »  du 25/03/2011 art. signé FXG.

Deni de justice souhaite connaître le nom du proc’ de Senlis qui roupille sur le dossier. Merci de nous aider.

Étiquettes : , , ,

5 Réponses to “2011 Le parquet couvre la police …”

  1. MOREL Says:

    Mais tout le monde sait que les Policiers sont tous de vilains racistes et ne contrôlent que les noirs, apparemment il n’y a que vous que ça étonne…

  2. MOREL Says:

    Tiens, si vous avez un soupçon d’honnêteté intellectuelle, ce dont je doute fort, publiez mon com.
    http://www.petitions-institutpourlajustice.org/video/referendum.html

    • denidejustice Says:

      Qu’est-ce qui vous permet, « monsieur », de douter de notre honnêteté intellectuelle? Vous êtes bien prétentieux!
      Il y a trois aspects de ce blog que vous vous montrez incapables, vous et tous les intervenants à propos des affaires rapportées ici et mettant en cause des policiers:
      1) Ce qui nous préoccupe exclusivement ici ce sont les dysfonctionnements judiciaires. S’il en était autrement, nous aurions tant d’autres affaires mettant en jeu des flics véreux que nous serions débordés …
      2) Nous citons des affaires précises qui concernent certains policiers. A aucun moment nous n’avons généralisé leurs erreurs à la police dans son ensemble : ça c’est vous qui le faites!
      Notre seule généralisation, c’est la stupidité de la hiérarchie policière qui s’ingénie à vouloir camoufler les bavures : c’est un comportement qui ne respire pas l’intelligence …
      3) Si vous estimez que trop d’affaires concernant des policiers sont rapportées sur ce blog c’est sans doute qu’il y a trop de flics qui dérapent et qu’il y a non moins de magistrats larbins du pouvoir qui ne font pas leur boulot, de magistrats « de plus en plus laxistes avec les voyous » (dixit Institut pour la justice), « qu’ils soient flics ou pas » (dixit Deni de justice).

      Pour ce qui est de publier le texte de l' »Institut pour la justice », désolé ce n’est pas notre rôle. toutefois notre « absence d’honnêteté intellectuelle » fait que nous en laissons la référence mail afin que chacun puisse s’y rendre.

      Pour notre part, nous considérons les questions de votre référendum comme infantiles, orientées et sans intérêt pour ce qui est d’une véritable réforme judiciaire. Dans une prochaine réponse nous vous ferons une proposition de questions. Vous aurez tout loisir d’y répondre si vous avez cette honnêteté intellectuelle que nous n’avons pas…

    • denidejustice Says:

      A MOREL,
      Nous avons lu et relu avec attention le texte de Laurence Havel de l’ « Institut pour la justice ». Nous ne nous étions pas trompés en formulant nos premières observations.
      Certes vous voulez une réforme de la justice ! Mais une réforme très ciblée : celle qui concerne les « racailles de banlieues » qui vous caillassent, qui dealent, qui volent ou incendient des bagnoles, etc. En cela nous vous suivons totalement.
      Mais l’honnêteté intellectuelle (dont nous sommes dépourvus selon vous…) aurait voulu que ce même souci de réforme concerne aussi – les voyous de la politique ( une quinzaine de membres du gouvernement virés sans la moindre condamnation pénale!!!), – les voyous de la fonction publique, – les voyous de la magistrature cf. Deni de justice, – mais aussi les voyous de la police et de la gendarmerie (ceux qui tabassent, qui assassinent, qui volent ou violent, qui dealent, etc. cf Deni de justice).
      Et sur ces points, Mme Havel est bien silencieuse … Quant aux propositions argumentées de réformes nous n’en avons trouvé aucune !
      En contrepartie, nous, Deni de justice, proposons essentiellement : 1) une responsabilisation civile des magistrats avec constitution d’un jury populaire siégeant en commission de discipline, 2) une indépendance de la justice vis à vis du pouvoir politique notamment les porcs’ non reconnus comme autorité judiciaire par la cour européenne, 3) une impossibilité d’être magistrat si franc-maçon en raison de l’incompatibilité des serments. Et ces points sont juridiquement argumentés, histoire de rappeler au Conseil constitutionnel qu’il y a une autre façon de remplir sa mission en respectant les citoyens.

      Ceci nous amène à penser que nous ne devons pas avoir la même définition de l’honnêteté intellectuelle…

  3. MARGUERITAT Claude Says:

    Pour ce qui me concerne j’aimerai savoir ce que pense M.MOREL de l’avis de la CNDS (Commission nationale de déontologie de la sécurité) – 1) qui déplore: « la persistance et la récurrence de pratiques visant à limiter ou même entraver les investigations ou les contrôles sur l’activité des personnes exerçant des missions de sécurité », – 2) qui évoque la « disparition » et même la « falsification » de documents !!! – 3) qui souligne « le refus de certains agents des forces de l’ordre d’enregistrer les plaintes concernant des fonctionnaires de police ou des militaires de gendarmerie. »
    NB. Inutile de me resservir les arguments des syndicats de la police sur la partialité de la CNDS … je connais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :