**2011 Une juge fainéante enterre un dossier…

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2007,  Jonathan Vantillard, un jeune homme sans histoire, est battu à mort alors qu’il rentrait chez lui : la colonne vertébrale brisée, l’appareil auditif enfoncé dans le crâne, il agonisera six jours avant de mourir. L’émotion est grande dans le village. La mère, Florbella Dos Santos, portée par la colère, mène un combat acharné contre la juge Martine ADNET du TGI de Dijon car les négligences et les erreurs d’appréciation vont émailler ce dossier. Les gendarmes d’abord. Lorsqu’ils découvrent le corps agonisant de Jonathan, personne ne va protéger la scène du crime. A l’arrivée  de la police scientifique, tout a été minutieusement nettoyé à l’eau de Javel… Quelques jours après le décès du jeune homme, la juge Martine ADNET est saisie. Elle laissera entendre à la maman qu’une vingtaine d’enquêteurs travaillaient sur l’affaire, mais très vite l’espoir cède la place au doute. Six mois plus tard Florbella fait part de ses craintes au juge car rien n’avance. Les avocats dressent le même constat. Difficile, voire impossible d’obtenir un rendez-vous avec la juge. En oct.2007  l’avocate de Florbella demandera une expertise médico-légale. En traînant les pieds la juge désigne le chef de service de médecine légale du CHU de Clermont-Ferrand comme expert. Deux ans et demi plus tard Thierry Faict, l’expert désigné, n’a toujours pas rendu ses conclusions. La juge ADNET accepte sans sourciller les prorogations inadmissibles de cet expert. Les avocats sont alors contraints d’alerter le parquet général. Après des années d’attente l’expert est radié. Mais Florbella tient, à juste raison, la juge ADNET pour responsable: « A force de ne rien faire, de ne pas orienter les enquêteurs, de ne pas secouer l’expert, de ne pas s’investir, la juge a enterré mon fils une deuxième fois. » « Elle a dormi sur le dossier de mon fils alors que j’avais besoin de la justice pour pas que la folie m’emporte. » Finalement, deux intervenants judiciaires de cette affaire seront sanctionnés: l’ expert Thierry Faict, radié,  et la juge Martine ADNET, déplacée. « L’Est-Eclair » du 23/03/2011 d’après Céline Tillier.

Étiquettes : , , ,

3 Réponses to “**2011 Une juge fainéante enterre un dossier…”

  1. GRATOUSSAFAIMAL Says:

    Pas de surprise, elle est connue à Dijon… Je ne suis pas certain que c’est uniquement par fainéantise qu’elle a enterré cette affaire. J’ai personnellement eu affaire à elle suite à une plainte que j’avais déposée auprès du Doyen des Juges d’Instruction. Deux ans après elle a rendu un non-lieu sans jamais m’avoir entendu… C’est la technique de ces gens là quand ils veulent protéger quelqu’un, ils laissent pourrir et ils enterrent… Il faudrait un journaliste kamikaze (si ça existe encore en France), compte tenu de la puissance de ces gens là, qui ose rechercher dans son passé et celui de son concubin qui aurait lui même aussi enterré une retentissante affaire à Dijon.
    A Dijon la franc-maçonnerie est de mise en priorité. Les gens influents des tribunaux troquent leur robe noire contre le « tablier » et oeuvrent dans l’ombre le soir lors de leurs « tenue secrètes ». Votre cas est débattu et réglé par avance, l’audience ne sert qu’à avaliser hypocritement ce qui aura été décidé.
    Le Procureur précédent (Alacchi) avait lui même grandement fait parler de lui dans des affaires plus retentissantes que dignes d’intérêt (Affaire SEBIRE et Affaire de l’instituteur qui avait « menacé » un élève « exhibitionniste »). Cependant des affaires mouillant flics, notables, « frères » ou autres collègues véreux ont été systématiquement enterrées. Quant à lui même, son escapade automobile en grillant les feux rouges et en prenant un rond-point à contre-sens s’est soldée par une simple amende qu’il dira avoir payée… Qu’en aurait-il été pour un simple citoyen qui aurait fait la même chose ? Assurément il aurait été arrêté et il aurait fait un petit stage à l’ombre n’est-ce pas ! Je ne parle pas de la suite qui aurait été donnée également… Si vous portez plainte (preuves à l’appui de ses malversations) contre ce gars là on vous répond que compte tenu de la personnalité du mis en cause on ne peut pas poursuivre… A vous de « juger »… En même temps, on ose vous parler de Justice, d’égalité et d’état de droit.
    Enfin c’est le lot commun de la vie judiciaire dijonnaise, surtout pas de vague.

  2. Tupak Says:

    Le Pr Faict a également été sanctionné par le CHU de Clermont Ferrand qui l’a limogé de son poste de chef de service.
    Il continue par contre de donner des cours à la faculté…

  3. kana Says:

    Si vous voulez, à votre tour, être tout à fait juste et honnête vous devez mentionner que le résultat de cette enquête ne pouvait pas dépendre d’une telle expertise, que cet expert s’était auto-déssaisi de ce dossier qui avait été ré-adressé au TGI de Dijon bien avant les dates relevées dans ce commentaire et que – a contrario – si celui-ci a été radié de ses fonctions d’expert et de ses fonctions de chef de service c’est bien parce qu’il était lui-même en conflit avec les Juges d’Instruction du Ressort et pour des éléments particulièrement graves…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :