2011 Le grand n’importe quoi des reconstitutions

Le 5 janvier deux procureurs, celui de Paris et celui de Meaux ont refusé d’assister à un « transport sur les lieux » organisé par trois juges d’instruction antiterroristes de Paris. Cela s’est passé lors d’une opération censée reconstituer à Dhuisy le sabotage d’une caténaire de ligne TGV imputé à Julien Coupat et Yldune Levy du groupe dit de « Tarnac ».

Si les procureurs ont brillé ce jour là par leur absence c’est que les juges n’avaient pas convié les avocats, provoquant « une rupture de l’égalité des armes » entre défense et accusation. Si c’est l’accusation qui le dit …Cet exploit a remporté un franc succès au Palais de justice, où de méchants collègues raillent « une répétition générale un peu grossière ».

Le 14 janvier, toute aussi délirante fut la seconde reconstitution organisée de nuit. Cette fois, avocats et procureurs étaient bien là. Mais pas les policiers qui surveillaient les suspects le jour du sabotage, le 08 novembre 2008.

Alors qu’ils avaient été présents le 5 janvier, ils étaient  remplacés par des collègues réduits au rôle de figurants. Du coup, au cours de cette nuit, juges et avocats ont failli en venir aux mains. En témoigne l’enregistrement de ces quatre heures d’empoignade réalisé par l’un des avocats.

Les avocats exigent, par exemple, que leurs observations soient notées. Refus des juges. « Alors nous nous retirons, déclarent les avocats, mais pas avant d’avoir constaté que vous êtes d’une partialité meanat à une récusation ! ».

Un hélico, tourne au-dessus de la petite troupe.

Nouvelle dispute. Les avocats réclament la reconstitution du trajet des véhicules. « Non, non! » s’opposent encore une fois l’un des juges.« Notez que monsieur le juge refuse … ».

Les policiers pouvaient-ils voir ceux qui posaient le fer à  béton sur la caténaire? « Notez que monsieur le juge refuse de qu’on demande aux gendarmes (…) s’ils pouvaient distinguer … »

Les avocats constatent : « De l’endroit où nous sommes, on distingue clairement sur la voie ferrée une forme qui à l’évidence est un  individu. » Les juges sifflent « Ah! Vous voyez ? Ben vous êtes forts ! »  « Là vous voyez bien, c’est pas une girafe ! » rétorque un avocat.

Bref ! Un énorme déploiement de moyens, et par deux fois inutile, pour n’aboutir à rien!

« Le Canard enchaîné » du 26/01/2011 d’après Dominique Simonnot.

Publicités

Une Réponse to “2011 Le grand n’importe quoi des reconstitutions”

  1. Fernand Says:

    Quelle honte !
    Et en ce moment ils sont en train de pleurnicher et faire grève en prétendant qu’ils ne sont pas assez nombreux. Mais qu’ils commencent par se mettre au travail ! Il y a une bande de fainéants d’incompétents (et cette affaire en est le témoignage).

    S’ils étaient civilement responsables on leur retirerait sur leur salaire toutes ces heures de pitrerie : ça leur apprendrait à réfléchir autrement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :