2009 L’affaire du zizi…

L’instituteur de Côte d’Or qui avait menacé un élève de CM1 de lui « couper le zizi » en brandissant un cutter, en septembre 2008, a été condamné à une amende de 500€  par le tribunal correctionnel de Dijon.Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur et a reconnu coupable l’instituteur de « violence sans incapacité sur mineur de moins de 15 ans ».

L’instituteur n’a jamais commis de faute professionnelle.

Suspendu mais toujours rémunéré depuis novembre 2008, l’instituteur s’est également déclaré « inquiet » pour son avenir dans l’Education nationale. « Je ne sais pas si en plus je ferai l’objet de sanction disciplinaire, je n’ai aucune nouvelle de ma hiérarchie ».

« Mon geste n’a suscité ni violence physique ni traumatisme chez les élèves, je n’aurais jamais dû me trouver ici dans ce tribunal » a-t-il déclaré. Ce sera aussi l’avis de plus de 5000 signataires d’un comité de soutien à l’instituteur regroupant, entre autres une dizaine d’élus.

Lors de l’audience l’instituteur avait relaté sa confrontation, le 26 septembre 2008, premier jour de son remplacement dans la classe, avec Julien, un élève « perturbateur » de 9 ans.

De deux choses l’une : – Soit il s’agissait d’une plaisanterie, ce qu’a toujours prétendu l’enseignant et il ne devait pas être condamné; – Soit c’était sérieux, et il méritait bien plus.

En ne tranchant pas l’affaire du zizi dans le vif, la justice a fait le pire des choix.

L’instituteur fera appel de cette condamnation: RELAXE. La cour d’appel de Dijon a décidé de ne pas suivre les réquisitions de l’avocat général qui lors du l’audience du 27 nov. avait demandé une manede de 1000 euros dont 500 avec sursis.

« Les enfants sont venus me dire que Julien n’arrêtait pas de monter son zizi. Je l’ai fait venir à mon bureau, j’ai pris un cutter dans mon cartable et pour ramener le calme, je lui ai dit sur le ton de la plaisanterie : je coupe tout ce qui dépasse ». avait expliqué à la cour l’instituteur.

Bilan de cette affaire.

1) des parents qui auraient dû commencer par s’interroger sur la manière dont ils éduquent leur gamin mais qui préfèrent reporter leur incompétence parentale sur l’instituteur. Et qui peut-être aussi ont songé à exploiter cet incident en se faisant  un peu de « fric » sur son dos …

Il faut aussi se souvenir que l’enfant ne parlera même pas de cet incident à ses parents qui en entendront parler par hasard.

2) un avocat, celui des parents qui, s’il avait eu une conscience professionnelle, une éthique, aurait dû dissuader les parents de poursuivre. Mais voilà, c’était aussi perdre une affaire.

3) un procureur qui manque de discernement, qui donne  suite à la plainte et qui requiert une sanction avec un argument ronflant mais douteux : « Le fait de faire venir un élève à son bureau, de prendre un cutter dans son cartable, d’en sortir la lame et de lui dire je vais couper tout ce qui dépasse, constitue un élément matériel de violence ».

4) un tribunal complaisant qui suit les réquisitions du proc’ sans se poser de question sur ce que peut avoir de violent sa décision à l’encontre d’un instituteur compétent, consciencieux et sans histoire…

5) un procureur général qui en appel ne se montre pas plus pertinent que le proc’ en première instance et qui en rajoute une couche…

6) une hiérarchie craintive (on n’est pas très courageux dans l’administration) elle-même incapable de faire la part des choses et qui maintient l’instituteur en suspension de fonctions pendant un an. S’est-elle posé la question de savoir si sa passivité n’a pas été traumatisante pour l’instituteur ?

« Deni de justice » le 10/11/2010

Denidejustice souhaite connaître les noms du proc’ de Dijon, de l’avocat général  et celui du président du tribunal : ils doivent rester dans l’histoire de la magistrature française … Merci de nous aider à les identifier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :