2010 Vous avez dit justice ?

On dirait qu’ils l’ont fait exprès. Deux procès qui commencent et finissent presque en même temps. Et qui s’éclairent l’un l’autre, en une démonstration parfaite …
Le procès Jean-Marie Messier.
Jean-Marie Messier risquait 5 années de prison : au temps de sa splendeur, en 2002, le pédégé mégalo de Vivendi avait entre autres, fait croire au monde entier (et à ses actionnaires) que la boîte qu’il dirigeait de main de maître du monde se portait au mieux alors qu’il l’avait menée au bord du gouffre, avec 35 milliards de dettes. La semaine dernière, la procureure Chantal de LEYRIS, au nom de l’Etat et donc de nous autres justiciables (et surtout contribuables), a demandé sa relaxe car, après tout, si Messier a enfumé le populo, c’était « sans intention délictuelle ». On peut donc parier que le pédégé pris par la folie des grandeur sortira blanchi de ce  procès et qu’il poursuivra sa brillante carrière de banquier d’affaires. Sa nouvelle boîte, Messier Partners, est d’ailleurs bien en cours auprès de ces messieurs du CAC 40 et de la Sarkozye, et compte le gendre de Claude Guéant parmi ses collaborateurs (Le Figaro 2/16) …
Le procès Jérôme Kerviel
Le trader de Pont-l’abbé a, on le sait, fait perdre 5 milliards à la société Générale rien qu’en jouant devant son écran. La semaine dernière, le procureur, au nom de l’Etat et de nous autres justiciables (et surtout contribuables qui allons renflouer), a demandé qu’il soit jeté pour 5 ans (dont 4 ferme) en prison.On peut donc parier qu’il ne s’en sortira pas les doigts dans le nez comme Messier.

Il faut dire que, si Messier a offert aux juges  « une prestation impeccable » (Libération 26/6) regrettant son « arrogance » passée, et reconnaissant avoir commis des erreurs, certes, mais pour mieux plaider sa « bonne foi », l’infâme Kerviel lui, a admis « avoir poussé le système jusqu’au bout » et au lieu de jouer l’enfant de choeur repentant, s’est permis de mouiller ses anciens patrons banquiers. Sa hiérarchie, affirme-t-il, « ne pouvait ignorer » ses jeux dangereux. Bien sûr, il est « allé trop loin » et a pris des risques inouïs. Mais dans le monde fou des traders, où il s’agit de spéculer plus vite que son ombre et de faire fortune avec du vent, il est juste celui qui, n’ayant pas réussi à garder la tête sur les épaules, est devenu aussi fou que le système.

« Kerviel est un mystère » a tenté de philosopher le président du tribunal, Dominique PAUTHE. Pas du tout : « formé, formaté, déformé par la Société Générale » comme l’a décrit son avocat, il a, comme tout bon joueur, cherché à jouer avec les limites. Et c’était si facile …

Car comme on l’a vu au cours du procès : si nous autres pauvres pommes ne comprenons rien à la haute mathématique de la finance, les financiers non plus ! Même son supérieur immédiat, pourtant polytechnicien, a avoué qu’il ne comprenait rien à ce que faisaient les traders sous ses ordres …

Tout cela nous en donne l’éclatante confirmation : ces marchés responsables d’un krach historique, qui continuent de dicter leur loi à la planète, et exigent aujourd’hui des Etats rigueur et coupes sociales tout en refusant qu’on leur impose des garde-fous, sont bons pour la camisole de force.

Kerviel ira peut-être en prison, pas Messier … Jugement le 5 oct. pour le premier, lae 19 nov pour le second.

« Le Canard enchaîné »  n° 4679  du 30/06/2010 d’après Jean-Luc Porquet.

Publicités

2 Réponses to “2010 Vous avez dit justice ?”

  1. Margueritat Claude Says:

    Le procès Messier.
    Une proc’ manifestement de parti pris.
    Dès l’ouverture du procès, le 2 juin, la procureure Chantal de Leyris avait annoncé qu’elle s’inscrivait dans la lignée du réquisitoire de non-lieu rédigé par le parquet à l’issue de l’instruction, laissant entendre qu’elle ne réclamerait pas de sanction. Au cours des débats les rares interventions de la représentante du ministère public ont été pour préciser un rare point de l’enquête favorable aux prévenus (rappelons que 5 cadres de Vivendi sont également impliqués), bien entendu en accord avec les avocats de la défense et en opposition à ceux des parties civiles.

    Poursuivi pour plusieurs infractions: « diffusion d’informations fausses ou trompeuses » sur la santé financière du groupe, « abus de biens sociaux » en lien avec le parachute doré qu’il avait négocié (mais finalement pas touché) et « manipulation de cours » de l’action Vivendi, il sait depuis le début du procès qu’il sera blanchi par le ministère public…
    Pourtant il encourt jusqu’à cinq ans de prison et de fortes amendes.
    Reste à la 11ème chambre du TGI de Paris et à son président, qui n’est pas tenu de suivre les réquisitions du parquet, à se prononcer … Wait and see !

  2. denidejustice Says:

    Le procès Kerviel.
    Un autre proc’ de parti pris ?

    Dès l’ouverture du procès, le vice procureur Philippe BOURION bombarde:
    « dissimulations, opérations fictives, faux mails » le proc’ évoque « la variété des dissimulations employées par un trader sans scrupules ». Remplacer trader par PDG et ceci aurait pu s’appliquer à Messier : n’a-t-il pas dissimulé ? …
    « abus de confiance (détournement de fonds en dehors de son mandat) ». changer l’objet par « manipulation de cours de l’action » et on retrouve Messier …
    « Votre tribunal le jugera pour ce qu’il est : un manipulateur, un tricheur et un menteur » . Et Messier pourquoi n’est-il pas jugé pour ce qu’il est : un manipulateur, un tricheur et un menteur ? Le premier a mis la banque en péril, le second a ruiné les actionnaires.

    La différence entre Kerviel à qui l’on peut sans doute reprocher tout cela et Messier est que:
    1) Messier était PDG donc entièrement responsable tandis que Kerviel avait une hiérarchie d’incapables qui n’ont jamais rien contrôlé.
    2) Tandis que Messier savait sa boîte en faillite il a tenté de se faire la malle avec un magot (son parachute doré) tandis que Kerviel n’a tenté de voler personne.

    Enfin, on peut s’étonner de l’indulgence du proc’ à l’égard de la banque dont il dégage entièrement la responsabilité. Et pourtant : un supérieur hiérarchique est toujours responsable de ses troupes. Il y a ici manifestement négligence ou incompétence !

    Ah, j’oubliais ! Une différence d’importance : Messier a des petits copains dans le monde politique , Kerviel n’est qu’un pauvre bougre …

    Ici également, le tribunal n’est nullement obligé de suivre les réquisitions d’un parquet aux ordres …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :