**2010 Affaire Konhu : Sept ans de taule pour deux acquittés !

Le 1er mai 2002 Mika Kusama, une japonaise de 29 ans, débarque sur l’Île des pins en Nouvelle-Calédonie. Le 2 mai elle disparaît et le 6 mai son corps est retrouvé brûlé, affreusement mutilé, sur le rocher de Kanuméra. Un lieu sur lequel veillent deux frères fêtards, Antoine et Didyme Konhu, fumeurs de pétards qui veulent en faire un « village artistique ».

Dans un premier temps, tout le monde se fout de cet assassinat à Nouméa, encore moins en métropole. Mais il en va différemment au Japon. Diplomatiquement il il est bon de faire diligence. Le 11 mai les deux frères sont arrêtés, aussitôt présentés comme coupables par les gendarmes, le juge d’instruction Jean-Pierre Vidallier et la « feuille de chou » locale qui diffuse l’info.

En 2007, cinq ans plus tard, la justice toujours diligente, premier procès aux assises de Nouméa présidées par Christian MESIERE, Didyme est acquitté tandis qu’Antoine en prend pour 15 ans. Les insuffisances et autres incohérences du dossier n’ont dérangé personne surtout pas les magistrats …

A Nouméa la Ligue des droits de l’Homme  s’émeut et dénonce une enquête bâclée et des coupables idéaux. Les avocats relèvent alors de nombreuses bévues et erreurs: – Une pièce à conviction (un tee-shirt d’Antoine prétendument retrouvé dans la chambre de Mika) a été introduit ultérieurement dans les scéllés qui sont restés ouverts pendant plusieurs mois, – Un  témoin, que l’on a cru sur paroles, jurait avoir vu les doigts d’Antoine ornés des bagues de Mika: c’était un cinglé et Mika ne portait pas de bagues, – Aucune trace d’ADN n’a jamais été retrouvée sur le corps de la jeune femme ni alentours, – pas d’enquête non plus sur les 80 militaires qui étaient à l’époque sur l’île sauf une vérification au fichier des délinquants sexuels alors que Mika n’a pas été violée, – Rien non plus sur ce blanc de 60 ans avec qui elle est vue le jour de sa disparition, –  La zone du crime  sera souillée parce que ni gardée, ni protégée, – Les personnalités des deux Kanaks sont étudiées par des experts continentaux à partir de tests occidentaux.

Au second procès une heure de délibéré suffira pour acquitter Antoine.

Et comme il faut toujours une morale, le juge d’instruction de l’affaire Konhu a été muté disciplinairement en ce début mai 2010.

« Le Canard enchaîné »   n° 4672  du 12/°5/2010  d’après un art. signé D.S.

Étiquettes : , , , , , , ,

5 Réponses to “**2010 Affaire Konhu : Sept ans de taule pour deux acquittés !”

  1. MARGUERITAT Claude Says:

    « Par décret du Président de la République en date du 26 mars 2010, vu la décision du CSM statuant comme conseil de discipline des magistrats du siège en date du 23 déc.2009, prononçant la sanction du retrait des fonctions assorti du déplacement d’office, M.Jean-Pierre Vidallier, juge d’instruction au tribunal de première instance de Nouméa, est nommé juge au tribunal de grande instance d’EVRY. »

    En d’autres termes : une sanction-mutation-promotion, tout comme pour le juge Burgaud et bien d’autres. Il pourra continuer de bâcler ses instructions en toute tranquillité car tant qu’il n’y aura pas de mort ou d’incarcération longue durée, les affaires ont peu de chance d’être livrées au public …

    Dans une autre affaire (selon « Le Canard enchaîné »), ce même magistrat avait accusé un homme d’avoir tué une femme. A tort là aussi. Condamné à 20 ans à Nouméa, l’innocent vient d’être acquitté, à Paris, après avoir fait six ans de prison …

  2. denidejustice Says:

    Nous recommandons: « Le procès Konhu en Nouvelle-Calédonie : une nouvelle affaire Outreau ! » Un témoignage de Gérard Sarda aux éditions « L’Harmattan ».

  3. sarda Says:

    J’ai surtout tenu en écrivant cet ouvrage à porter témoignage, car du point de vue du citoyen ,cette affaire est terrifiante. Mais il faut dire aussi que lors du procès en appel, le président a donné une toute autre image, à tous égards respectable cette fois, de la Justice . Son courage , sa volonté de conduire un procès honorable, son attention aux circonstances comme aux détails, sa préoccupation de laisser s’exprimer tous les témoins, magistrats et avocats, ainsi que les accusés, ont frappé les observateurs. C’est aussi une sorte d’hommage indirect envers E. Guigou et plus encore, M. Lebranchu qui, ont enfin engagé pendant le gouvernement Jospin, la réforme de la procédure pénale ,en ajoutant dans notre droit la possibilité de l’appel.C’est aussi un hommage envers des personnalités de la société locale qui se sont « mouillées » pour que la Justice retrouve sa dignité dans cette horrible tragédie, sans se demander si leur parole risquait ou non de les desservir. Mais l’objectif initial demeure: il faut que parquet et la garde des sceaux cessent de se taire et annoncent à haute voix que tout est mis en oeuvre pour que le meurtrier soit identifié. J ‘aimerais aussi qu’on enrichisse la réflexion sur les dégâts de l’erreur judiciaire , sur les tourments que même aujourd’hui, et longtemps après encore , les enfants de ces accusés innocentés peuvent ressentir. Merci de parler de cette affaire , aussi obsédante que celle d’Outreau ou celle (à Nouméa avec les mêmes principaux acteurs judiciaires que ceux de l’affaire Konhu/Kusama) de Vilabril-Ferreira/Nadia Athanase, car l’indifférence ne ferait que démolir un peu plus les anciens accusés et leurs proches , comme elle assassine une nouvelle fois les victimes, comme elle bousille leurs familles . Sarda

    • denidejustice Says:

      Merci de votre intervention.
      Nous aimerions que nos concitoyens comprennent que la première réforme institutionnelle est celle de la justice. Non pas celle de Sarkozy – Dati – Alliot-Marie qui est une énorme bouffonnerie, mais celle qui rendrait effective – 1) l’indépendance de la justice (art.16 de la déclaration des droits de l’homme) – 2) la responsabilité civile des magistrats (art.6 de la même déclaration) – 3) un jury populaire (à l’image de celui d’une cour d’assises) qui sanctionnerait les magistrats fautifs.

      Gageons que les scandales judiciaires (Outreau, disparues de l’Yonne, Nouvelle-Calédonie, etc.), les dossiers étouffés de nos politicards, les petites combines locales entre hauts fonctionnaires, édiles, et petits juges, et autres se raréfieraient rapidement.

  4. boubou Says:

    l’injustice persiste mais la JUSTICE existe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :