*2009 Alacchi un proc par trop zélé !

Ce vendredi 26 sept 2008, les enfants de la classe de CE2-CM1 racontent à leur instituteur Jean-Claude Laligant que leur camarade Julien vient de leur montrer son zizi. L’instituteur sort alors de son cartable un cutter et « menace » le gamin :  » Si tu recommences, je coupe tout ce qui dépasse ! » Julien ricane et le cours se poursuit, chacun ayant compris qu’il s’agissait d’une plaisanterie comme le soulignera l’instituteur.

Ses parents qui découvriront l’incident quelques jours plus tard n’ont nulle intention de donner suite à cette histoire. Mais quelqu’un a prévenu les gendarmes qui décident d’entendre séparément le père et la mère de Julien.
« Pour moi, y’avait pas de quoi fouetter un chat » estime Christophe le père de Julien. « Les gendarmes m’ont dit que les autres enfants avaient été traumatisés. Moi je trouve qu’il y a des choses plus graves à la télé. » ajoute-t-il. Les enquêteurs insistent pour qu’il porte plainte. Il résiste  » Je ne veux aucune sanction contre ce monsieur. » Sa femme en revanche signe mais retirera sa plainte trois semaines plus tard.

Mais le proc’ zélé du TGI de Dijon, Jean-Pierre ALACCHI, « s’acharne » comme le soulignera le président d’un comité de soutien de parents d’élèves qui s’est spontanément constitué.

Et le proc’ de justifier sa décision de poursuivre:  » Il ne faut pas oublier que l’instituteur s’exprimait devant une classe d’enfants de 8 à 9 ans. Il aurait pris un cutter, en aurait sorti la lame et aurait menacé de couper le sexe d’un enfant seulement pour mettre fin à un chahut ? Il est difficile d’admettre cela. J’ai recommandé au parquet d’être pondéré dans cette affaire mais de rappeler les fondamentaux. »

Quand il roule en agglomération en excès de vitesse, qu’il grille les feux rouges, qu’il prend les ronds points à contre-sens, il en pense quoi le proc’ ? Que c’est facile d’admettre cela ? Qu’un tribunal n’aurait pas dû lui rappeler quelques fondamentaux, lui confisquer son permis de conduire et infliger une sanction financière sérieuse à ce diseur de morale pour les autres ? cf. 2005 Le proc’ chauffard échappe aux poursuites … (B 17 magistrats délinquants)

« Le JDD.fr » du 31/10/2009 d’après un art. signé Soazig Quemener et Denidejustice.

Publicités

Étiquettes : , , ,

2 Réponses to “*2009 Alacchi un proc par trop zélé !”

  1. Margueritat Claude Says:

    Denidejustice nous rapporte deux histoires:

    D’une part : « 2005 Le proc’ chauffard échappe aux poursuites » où l’on nous raconte comment le proc’ Alacchi se comporte en voyou au volant de sa voiture et ne fait l’objet d’aucune interpellation de gendarmes qui affichent là leur lâcheté …
    D’autre part : « 2009 Alacchi un proc par trop zélé » où l’on retrouve les mêmes protagonistes qui s’acharnent sur un malheureux instituteur de 53 ans qui n’a jamais levé le petit doigt sur ses élèves. Mais c’est plus facile de cogner sur les « faibles » …
    Car si le proc’ manque de discernement dans cette affaire, il ne faut non plus écarter l’attitude des gendarmes:
    1) que signifie cet entêtement à vouloir que les parents de Julien portent plainte? C’est pas leur problème aux pandores !
    2) les seules plaintes à enregistrer étaient celle du crétin qui est venu dénoncer et éventuellement celles de parents dont les enfants ont été soit-disant traumatisés par les propos de l’instituteur.

    Dans cette « affaire de zizi » la médiocrité des uns (gendarmes et proc’ associés) s’allie à celle des autres (on peut en effet y ajouter celle de la hiérarchie administrative de l’instituteur qui le suspend de fonctions pendant quatre mois !
    Irresponsabilité à tous les étages !

    Gaspillage de fonds publics ! Il n’a rien d’autre à faire ce proc’ (qui par ailleurs ne se privera pas de classer sans suite bien d’autres dossiers …) que de mobiliser un tribunal pour ce genre de fadaise ?

  2. Fernand Says:

    Je vous rapporte un commentaire paru sur le site « Lenonce » et signé Panurge qui traduit parfaitement ma pensée sur cette affaire.

    « Alacchi a frappé un an après l’affaire Chantal Sébire. Il a mis en examen pour voie de fait sur un mineur de moins de quinze ans un instituteur (pour les raisons que l’on sait).
    C’est à croire que ce procureur s’ennuie pour ne pas classer sans suite cette grotesque affaire, à moins qu’il ne nourrisse une haine particulière à l’égard des enseignants. On n’a pas l’impression que les magistrats soient surchargés de travail quoi qu’ils en disent à ce sujet. En tous cas ils gaspillent l’argent du contribuable.
    Quand relèguera-t-on cet inepte procureur dans un grenier de la place Vendôme en compagnie du sinistre Burgaud ? Ces magistrats sont de véritables dangers pour la société : ils s’en prennent à d’onnêtes citoyens et à l’inverse sont certainement capables de classer des affaires graves, la bêtise étant toujours dfévastatrice. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :