*2000 Bavure policière et indulgence judiciaire.

La juge d’instruction de Nanterre Corinne BUYTET a rendu cette semaine une ordonnance de non-lieu pour deux fonctionnaires de police poursuivis pour une agression sexuelle sur une jeune marocaine au centre de rétention de Nanterre (Hts-de-Seine). Un troisième policier est lui renvoyé devant le tribunal correctionnel pour « harcèlement et agression sexuelle ». Les faits s’étaient déroulés le 13 sept 1998 : Elbatol Badouh, 30 ans, qui faisait l’objet d’une reconduite à la frontière, assurait que l’un des fonctionnaires était venu la rejoindre dans sa douche pour faire des « câlins », un autre s’étant masturbé. L’un d’eux avait passé des aveux partiels, mais en minimisant ses « avances ». L’enquête avait révélé de graves carences dans les conditions de rétention. Les trois policiers sont suspendus de leurs fonctions sans traitement. La partie civile fait appel de cette ordonnance de non-lieu.

« Le Parisien » du 17/03/2000 (d’après …)

Amnesty International se montre un peu plus dur dans sa relation des faits:  » plusieurs policiers seraient entrés dans sa cellule dont la porte ne fermait pas à clef, pendant qu’elle prenait une douche. Après l’avoir rejointe dans la douche, l’un d’eux lui aurait fait subir des sévices sexuels, auxquels ses collègues se seraient associés. »

« Préoccupations d’Amnesty International en France » Juillet-décembre 1998

Advertisements

Étiquettes : , , ,

2 Réponses to “*2000 Bavure policière et indulgence judiciaire.”

  1. Rondeau Says:

    Rassurez-vous braves gens, la juge Corinne BUYTET, citée à deux reprises par Denidejustice, a été nommée vice-procureure au TGI de Bordeaux. Son plan de carrière suit son cours sans doute en raison de la promptitude et de la pertinence de ses interventions, en qualité de juge d’instruction, dans deux affaires épargnant des fonctionnaires de police.
    Désormais, en tant que proc’, il lui sera plus aisé de poursuivre son oeuvre dans le même sens …

  2. punisher Says:

    C’est l’histoire d’un type qui ne sortait plus de chez lui parce qu’il avait entendu dire que les flics et les gendarmes étaient des ivrognes, qui n’allait plus à l’église parce que les curés étaient pédé, et qui avait peur des chiens qui dévoraient les passants ! quelle vie …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :