2009 Abdelhakim Ajiri : interpellation mortelle …

Le 9 mai 2008 Abdelhakim se rend à sa banque pour y retirer de l’argent. Ayant essuyé un refus il s’est montré agressif et la banque appelle la police. Abdelhakim quitte alors la banque.  Il est alors rejoint près de son domicile par le groupe de policiers qui l’interpellent. Il semble qu’il ait résisté violemment et se serait battu avec les policiers. L’un d’eux a une clavicule fracturée.

De nombreux témoins affirment que les policiers ont utilisé une force excessive contre le jeune homme. Après l’avoir menotté, trois policiers l’ont maintenu à plat ventre sur le sol pendant une période prolongée. L’un d’eux lui appliquait une clé d’étranglement, un deuxième lui écrasait le dos avec son genou tandis qu’un troisième lui assenait deux coups de poing pendant qu’il était ainsi plaqué au sol.

Selon les témoins son visage est devenu violacé: manifestement il ne pouvait plus respirer.

Les services d’urgence ont emmené le policier blessé. Toujours selon les témoins, les policiers ont dit aux secouristes qu’il était inutile de s’occuper d’Abdelhakim. Il a été embarqué dans la voiture de police et emmené au poste de police. Il était déclaré mort à 16h30.

L’un des témoins, Ludovic Gérard, maître-chien, avait protesté contre la violence policière. Il est à son tour conduit au commissariat. Et à l’intérieur du commissariat il raconte : » Dans une pièce voisine, j’ai entendu les policiers s’affoler et une femme dire:  » Il est en train de faire un arrêt cardiaque, appelez les pompiers. »

Un autre témoin, Layla Picout, étudiante, raconte:  » Pendant les vingt minutes  où j’étais là, il ne lui a pas lâché le cou. Il le serrait très fort. Cette image ne me sort pas de la tête. Il ne se défendait pas, il était au sol complètement à l’envers, comme s’il était déjà parti. Quand il l’ont mis dans le coffre de la voiture, il était comme une guimauve. » Les policiers démentent que le jeune homme ait été placé dans le coffre de la voiture.

Le 13 mai le procureur de Grasse ouvre une enquête pour « homicide involontaire » . Deux des policiers soupçonnés d’avoir provoqué la mort sont convoqués devant le juge d’instruction. Mais les policiers n’ont toujours pas été mis en examen. ..

« Rapport d’Amnesty International 2009 » « NICE matin » du 12/05/08 et « Nouvel.Obs.com » du 23/06/08.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :