1998 Cendres et poussières

On ne lit pas assez la revue « Jurisprudence ».

Avant de mourir, un brave homme, à l’issue de deux mariages, avait créé deux familles. Il avait indiqué sa volonté d’être incinéré. Quid des cendres ?

Ordonnance de la cour d’appel de Paris (27/04/98 : « Ordonnons que conformément à la volonté d’Alain X. (où a-t-elle lu cela la cour d’appel ? Pure invention …) ses cendres seront partagées et remises pour partie, d’une part à Sandrine X et aux époux Lucien X pour être transportées dans le caveau de la famille X à Clairvaux (Aveyron) d’autre part à Isabelle X. pour être conservées par elle en un lieu qu’elle choisira, cette remise intervenant aux frais respectifs des parties. »

Un professeur émérite à l’Université de Panthéon-Assas, Philippe Malaurie, pose cette angoissante question :  » Et s’il n’y avait pas eu incinération ? Faudrait-il partager le cadavre ? Dans quel sens ? Dans celui de la longueur ou celui de la largeur ? »

« Le Canard enchaîné »   n° 4065  du 23/09/98 d’après Patrice Vautier

Denidejustice souhaite connaître le nom du président de la cour d’appel. Merci de nous aider.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :