2004 Enquête discrète sur le secret de la Licorne

Plusieurs gendarmes français mènent depuis peu (nous sommes en déc.2004) une très discrète enquête, à Paris et en Côte d’Ivoire, où certains de leurs collègues vont les aider. Motif : la répression par des soldats du dispositif le Licorne, de plusiseurs manifestations à Abidjan, entre le 6 et le 10 novembre. Une série d’actions qui selon la présidence ivoirienne, se sont soldées par quelques dizaines de morts et de blessés graves.

En arrière-plan, cette question qui divise Paris et Abidjan : nos soldats ont-ils agi en état de « légitime défense » tel que l’a affirmé Alliot-Marie, ou ont-ils tiré froidement sur la foule au lieu d’employer de classiques moyens de dispersion du style grnades lacrymogènes ?

Comme l’a indiqué une source militaire au « Canard enchaîné » cette enquête interne ordonnée par Alliot-Marie concerne les conditions d’ouverture du feu, les dispositifs de protection et d’organisation des sites occupés ainsi que la présence et le rôle d’éventuels tireurs d’élite.

Interrogé par « Le Canard enchaîné », le parquet du tribunal aux armées, qui aurait toute faculté pour ordonner l’ouverture d’une information judiciaire, affiche une grande pudeur … muette. En réalité, aucune enquête à ce jour du 1er déc 2004 n’a été ouverte par le parquet. Ce qu’un haut magistrat commente ainsi : « Ce genre de décision n’est prise que si elle est politiquement opportune … »

Bref, la vérité est en marche …

« Le Canard enchaîné »   n° 4388  du 01/12/2004

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :