*1997 Gardes à longues vues …

La garde à vue des photographes interpellés dans le tunnel du pont de l’Alma, peu après l’accident de Lady Diana, a été l’occasion de mettre en lumière une étrange « coutume » judiciaire qui semble aussi concerner de nombreux anonymes. Certains paparazzi ont été gardés à l’ombre plus de soixante heures alors que la durée de la garde à vue est censée ne dépasser quarante-huit heures que dans les affaires de drogue ou de terrorisme.

Interpellés vers 02h00 du matin le 31 août, ils auraient dû, en bonne logique, être libérés, ou placés sous mandat de dépôt, sur décision d’un juge, le 2 septembre, au plus tard à 02h00.
En réalité, les photographes ont été présentés à un magistrat, et mis en xamen dans la matinée du 2 septembre. Et même pour certains, en début d’après-midi. Soit entre huit et quinze heures de rallonge.
Explication : à 02h00 du matin, le procureur dort, et les juges d’instruction aussi …

« Aucun texte ne permet de détenir ainsi des personnes mises en cause,mais c’est l’habitude explique un magistrat,  et la Cour de cassation ne sanctionne jamais. »

Sujet proposé pour le concours de la magistrature : « Le procureur est parti en vacances. Combien de temps peut-on garder une suspect après sa garde à vue, sans fâcher la Cour de cass’ ? « 

« Le Canard enchaîné »   du 10/09/97  d’après ….

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :