*2008 Les enquêtes du gendarme lubrique et le silence de l’avocat général.

Ce devait être un procès ordinaire. Une bande de braqueurs qui avait écumé les agences bancaires de Bretagne en 200 et 2001comparaissait en cour d’ assises de Rennes le 1er février 2008. L’enquête avait été menée pour l’essentiel par la gendarmerie. Certains vols étaient reconnus par les accusés d’autres au contraire vivement contestés.

Mais le dossier semblait solidement ficelé. Grâce en particulier aux témoignages des anciennes petites amies des braqueurs. Elles avaient fourni, sur procès-verbal, d’accablantes précisions sur l’emploi du temps de la bande. L’accusation reposait donc essentiellement sur leurs dépositions.

Mais après sept jours de débats une incroyable révélation bouleverse le ronron de la cour.

Premier malaise. Ces témoins ont échappé à toute poursuite pour « complicité » au prix de quelques acrobaties juridiques. Mieux certaines de ces jeunes femmes, presque des gamines au moment des faits, font toujours l’objet de poursuites dans une affaire de drogue dont on s’étonne qu’elle traîne depuis six ans, de quoi leur tenir la laisse bien courte …

Deuxième malaise. Un incident sérieux a lieu le 11 février au matin. L’une des témoins interrogée sur les allées et venues des braqueurs explique qu’un gendarme enquêteur lui a, à l’époque, « soufflé » les réponses dont elle ne se souvenait pas aussi bien que le procès-verbal laisse croire. Stupéfaction de la défense , qui exige le témoignage du pandore en question. Le parquet a étrangement oublié de le convoquer.

Troisième malaise. Le témoin suivant, Priscilla J. qui n’a qu’une envie, tourner la page déclare : « J’ai assez souffert avec cette histoire » déclare-t-elle à la cour. Surprise de la défense : que veut-elle dire ? Pressée de questions elle finit par avouer qu’elle a été victime d’une « agression sexuelle » de la part du même gendarme enquêteur venu chez elle pour un « interrogatoire » très privé, un soir de mai 2001. Une autre jeune femme s’était, dans le même dossier, étonnée des privautés de ce pandore.

Et personne ne le savait ? Personne sauf au minimum l’avocat général Michel ABRIAL, presque muet depuis le début du procès et qui est obligé de reconnaître avoir lui-même occupé le siège du ministère public lors du procès du gendarme. Lequel a été condamné à un an de prison avec sursis pour « agression sexuelle par personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions » par la cour d’appel de Rennes et ceci 5 jours avant l’audience des révélations…

La défense commence à comprendre pourquoi cet enquêteur d’élite n’avait pas été cité à la barre des témoins. Contraint et forcé par la défense le président de la cour de Rennes, Joël CHRISTIEN, a dû renvoyer le procès à une prochaine session.

Et si la jeune Priscilla J. n’avait pas bloqué la machine les sept accusés auraient été condamnés pour partie sur la base de ces témoignages obtenus lors d’interrogatoires « serrés » … d’un peu trop près.

Seule sanction pour les magistrats : un autre procès. Mais pas le leur, celui de magistrats pour le moins négligents.

« Le Canard enchaîné » n° 4556 du 20/02/08 d’après Louis-Marie Horeau.

Advertisements

Étiquettes : , , , , , ,

Une Réponse to “*2008 Les enquêtes du gendarme lubrique et le silence de l’avocat général.”

  1. Margueritat Claude Says:

    Suite à son premier procès du 5 février (dont l’arrêt était frappé d’un pourvoi en cassation) le gendarme lubrique avait quitté la gendarmerie pour devenir …éducateur.

    Cela nous rappelle l’affaire du juge Philippe Chenet pédophile, écarté des tribunaux pour enfants, mais que la justice laisse poursuivre ses activités de directeur de colonie de vacances où il récidivera …

    Comment qualifier les magistrats qui ont à connaître de ces affaires ? Incompétence ? Irresponsabilité ? J’m’en foutistes ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :