1999 Un réquisitoire centriste (caisse noire du CDS)

Le réquisitoire de la substitut du procureur de Paris, Marie-José FULGERAS, dans l’affaire de la caisse noire du CDS, est un véritable chef d’oeuvre. Les propos de la magistrate touchent à l’universalité. Il suffirait d’en changer quelques mots pour qu’ils fassent merveille dans toutes les autres affaires politico-financières.

« Vieille histoire » a d’abord souligné la magistrate. Cette profonde réflexion va loin. L’affaire Urba était aussi une vieille histoire. Et le financement du Parti Républicain toujours à l’instruction? Une antiquité ! Et le bureau d’études du PC pour lequel Robert Hue est mis en examen ? Une relique ? Et les affaires de la Mairie de Paris, des HLM et des marchés truqués pour le RPR ? Des vestiges archéologiques ! Voilà une pénétrante analyse sur les outrages que le temps fait subir aux « affaires ». Elle pourra resservir…

« Tout de même, cela est condamnable » a poursuivi la magistrate.  On ne saurait mieux dire. Tous les hommes politiques applaudissent : ces pratiquent qui appartiennent au passé sont en effet condamnables. « L’affaire » est entendue : la morale est de retour. Il suffit de regarder autour de soi. La vertu a tout submergé : du PS au RPR en passant par les Verts et le libéraux, chacun condamne. Fermement.

Mais quelle peine convient-il d’appliquer pour consacrer, dans les faits, cet opprobre unanime ? C’est là que l’exercice de Marie-José  FULGERAS confine au sublime. Il faut une peine certes. Mais elle ne dira pas laquelle. Faut-il comme dans l’affaire Urba, prononcer une peine d’inéligibilité dont Emmanuelli, ancien trésorier du PS, a fait l’expérience ? Autant lancer une bombe atomique. Faut-il se contenter d’une peine symbolique : une bonne dose de prison mais avec sursis ? C’est le soulagement. Ou mieux encore, les juges doivent-ils prononcer une peine amnistiée ?

Après l’élection de Chirac, une loi a effacé toutes les petites condamnations pour des faits antérieurs à 1995. Et pour l’an 2000 une autre loi est déjà en préparation…  » Eh Marie-José, suffit de rester juste au-dessous de la barre ! »

« Le Canard enchaîné »  n° 4129  du 15/12/99 d’après…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :