2005 La justice de la loi du marché

Les conducteurs de bus de Marseille reprenait le travail le 7 nov. 2005 sur injonction de la justice. Mais plus encore que la décision même du juge marseillais Alain DRAGON, ses attendus ont des accents pour le moins inattendus.

Le magistrat estime en effet que cette grève « relevait davantage de considérations politiques que d’un conflit social » car elle visait à empêcher la concession du futur tramway à une boîte privée. Conséquemment pour ce magistrat, « l’exercice du droit constitutionnel a dégénéré en l’espèce, en abus de ce droit ».

Du coup les principales confédérations syndicales (CGT, CFDT, FO) ont formé un recours contre ce jugement de grande classe.

Mais ce même magistrat n’en était pas à son premier exploit.

En juin 2005 il avait autorisé Nestlé à fermer le site de Saint-Mzenet, au motif qu’une décision de fermeture  » relève de la seule appréciation d’un employeur opérant dans une branche d’activité hautement concurrentielle » et que sa  » mise en oeuvre ne peut être entravée par des surenchères sans fin ».

Après ce jugement, les salariés avaient publiquement fustigé le juge marseillais. Celui-ci avait alors placardé sur la porte de sa salle d’audience une protestation dans laquelle il dénonçait « le péril que fait courir à la démocratie l’instauration de l’usage de jeter [un juge] en pâture à l’opinion publique ».

Mieux vaut jeter des salariés à la rue …

« Le Canard enchaîné »   n°4437    du 09/09/05    art. signé A.G.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :