1994 Quand la justice s’endort sur des bavures policières

Le 12 oct 94 Amnesty International a rendu public un rapport de trente sept pages exposant les cas de onze personnes tuées ou blessées par balles entre janv 93 et juin 94, tant à Paris qu’en province. La plupart de ces bavures policières ont suscité, en leur temps, de nombreux articles. En revanche, plus de douze à dix-huit mois plus tard on ne sait rien de ce qu’il est advenu de leur auteurs. Les magistrats roupillent sur les dossiers. C’est l’intérêt de ce rapport: tenter de réveiller cette bande de feignasses …

Dans la conclusion de son rapport, Amnesty International se permet de recommander au gouvernement français de prendre « des mesures pour rémédier aux retards et aux procédures déraisonnablement longues ».

Quel toupet !

« Le Canard enchaîné »   n°3861   du 26/10/94

Les onze affaires:

0) Christian Dovéro            février 1988     Marseille

1) Eric Simonté                    avril 1993          Chambéry un policier tire une balle dans la tête d’Eric non armé et non agressif. résultat : un an de prison avec sursis.

2) Makomé M’Bowolé        avril 1993          Paris

3) Rachid Adjourni             avril 1993          Wattreloos un policier ivre empoigne Rachid, le jette à terre, écrase un genou sur son dos et lui tire une balle dans la tête. Verdict:  six mois de prison ferme. La peine n’est pas inscrite à son casier judiciaire. Le meurtrier peut continuer son métier de policier.

*4) Fabrice Omont                avril 1993         Cherbourg

5) Maftha Belkham             juin 1993         Firminy

6) Franck Moret                   juillet 1993      St Bathelemy de vals ce jeune ingénieur e 29 ans rentrait d’une soirée avec sa copine, dans la Drôme.Il estr tué d’une balle dans la tête par un gendarme. Résultat : non-lieu.

7) Roumuald Duriez            octobre 1993   Arles

8) Mourad Tchier                décembre 93   Lyon un brigadier abat Mourad 19 ans alors qu’il escaladait une falaise. Résultat : 5 ans de prison avec sursis.

9) Ibrahim Sy                      janvier 1994    Rouen un policier tire deux coups de feu en direction d’une voiture qui s’éloigne. Ibrahim est tué sur le coup. Impossible d’invoquer la légitime défense. Qu’importe pour la justice : Non-lieu.

10) Joël Nebor et Frédéric Adom juin 94  Paris un policier tire sur deux cambrioleurs les tuant tous les deux. Savie n’était pas en danger. Sans importace pour la justice : non-lieu.
*********

Pour prendre connaissance du rapport d’Amnesty rechercher « FRANCE coups de feu, homicides et allégations de mauvais traitement » sur Google. La liste des mauvais traitement est édifiante.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :