1994 Un jugement pour initiés.

Deux ans de prison, dont un ferme, pour Alain Boublil, l’ancien directeur de cabinet de Béré : la 9ème chambre de la cour d’appel de Paris, présidée par Jacqueline CHEVALLIER,  a enfin trouvé le principal coupable, « l’initiateur » de l’affaire Pechiney, celui qui a donné le « tuyau » à l’origine de tout.

Comme à la fin de tout bon polar, le méchant est donc confondu. Les indices, puis les preuves avaient échappé, bien entendu, au public ébahi. Voici l’heure des révélations et de la vérité. Le dernier chapitre, c’est la cour d’appel de Paris qui l’a écrit. Trente-six pages sur lesquelles on se précipite pour avoir le fin mot de l’histoire.

« Considérant, écrit la cour, que Boublil cultivait avec Pelat et sa famille des liens d’étroite amitié […]. Considérant que seul Alain Boublil […] était en mesure de connaître d’une façon suffisamment précise les renseignements […], il est dès lors acquis que Boublil a été l’informateur […] »

En clair, nul besoin de faits établis, c’est lui puisque ça ne peut être un autre. Point final. On oublie, au passage, les négociateurs de l’accord Pechiney-Triangle, qui devaient être un tout petit peu au courant.

S’il s’agissait d’un roman on courrait chez l’éditeur en criant « Remboursez! ». Mais il s’agit de justice, et d’une année de prison. Boublil est peut-être coupable. Mais il y a d’autres « initiés » dans cette histoire : ce sont les magistrats qui ont gardé pour eux le bon tuyau qui justifie leur décision …

« Le Canard enchaîné »   n°3846   du 13/07/94

C’est pas sérieux ! Nous souhaitons connaître le nom du pdt de la cour d’appel. Merci de nous aider. Merci à Gérard qui nous a informé  et permis de parfaire notre information.

Advertisements

Une Réponse to “1994 Un jugement pour initiés.”

  1. denidejustice Says:

    Boublil poursuivi dans cette « affaire Pechiney » pour « délit d’initié » à l’occasion du rachat de la société Triangle par Pechiney en nov 1988 avait été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris en sept 1993 mais le parquet avait fait appel.

    L’avocat général, Gervaise HUE, avait requis une peine de deux ans de prison devant la cour d’appel. … sans plus d’élément de preuve de cette culpabilité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :