1999 Une prison interdite au droit commun

Le directeur de la maison d’arrêt de Beauvais incitait les surveillants à « mettre une bonne branlée aux détenus posant problème ». Il a installé un prisonnier agressé par des codétenus dans la cellule de ses agresseurs. Il qualifiait les détenus immigrés de « bougnoules, négros, primates » et les femmes de « salopes » ou de « pouffiasses » les interpellant d’un élégant :  » Tu suces ? » ou leur demandant de lui montrer leurs seins.

Ces badinages sont extraits d’un rapport de l’Inspection des services pénitentiaires rédigé en juillet 98 et cité par « Libération » 04/05/99. L’inspection ajoute que plusieurs surveillants adeptes des méthodes directoriales se livraient à des beuveries devant les détenus, « visitaient » régulièrement le quartier des femmes, pissaient sur les plateaux de médicaments des détenus ou harcelaient leurs collègues féminines.

Ces agissements qui se sont prolongés impunément durant trois ans, n’ont donné lieu à aucune action judiciaire. Si le directeur et l’un de ses adjoints ont été révoqués, le procureur de Beauvais a jugé ces sanctions « autrement significatives que des poursuites pénales » et il classera l’affaire sans suite.

On ne saurait dire plus clairement que la justice n’est pas la bienvenue en prison. Mais tout va bien : Elisabeth GUIGOU, garde des Sceaux, vient d’y imposer l’affichage de la Déclaration des droits de l’homme !

« Le Canard enchaîné »   n° 4097  du 05/05/99     d’après …

Denidejustice : nous recherchons le nom du procureur de Beauvais ain que celui du directeur de la maison d’arrêt. Merci de nous aider.


Publicités

Une Réponse to “1999 Une prison interdite au droit commun”

  1. denidejustice Says:

    Encore un de ces petits procs’ qui, s’il était rendu civilement responsable de ses actes et s’il avait des comptes à rendre au peuple devant un jury populaire, aurait certainement réagi autrement.

    Je dis des comptes à rendre au peuple parce que sa hiérarchie est tout aussi incapable. Face à un tel rapport comment Elisabeth GUIGOU a-t-elle pu rester indifférente et ne pas donner ordre au proc de Beauvais d’engager une procédure ?

    Tout simplement parce que la préoccupation première des garde des Sceaux est avant tout de gérer les dossiers des petits copains empêtrés dans des affaires …
    Ce qui concerne le petit peuple n’a jamais préoccupé nos gouvernants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :