1999 Cherchez l’erreur (affaire Raffaele Boriello)

Citoyens cassez vos tirelires ! Il faut encore payer les bavures de nos irresponsables magistrats ….

Le Trésor public a dû verser 300 000 F au docteur Raffaele Boriello, un médecin d’origine italienne qui a été incarcéré trois mois et demi parce qu’il ressemblait à un braqueur de banque, finalement arrêté. L’histoire ne dira jamais où serait aujourd’hui Raffaele Boriello si le vrai coupable n’avait pas eu la bonne idée de se faire pincer.

En revanche, il est réconfortant de se dire qu’il n’y a aucune incertitude sur le juge d’instruction qui l’avait jeté en prison. Il est toujours à son poste, tout comme les gendarmes qui ont mené l’enquête et les juges de la cour d’appel qui ont couvert la procédure.

Et pas la moindre remontrance ne sera adressée à ces serviteurs de l’Etat, qui ne paieront pas un sou de l’indemnité versée à l’innocent et ne verront pas leurs carrières affectées.

Si le docteur Boriello reprend son métier de toubib, il faudra qu’il se souvienne qu’une erreur médicale pourrait lui valoir des poursuites de la part de patients mécontents et qu’il devrait en répondre devant les tribunaux, sur ses deniers personnels.

Toute faute doit être réparée par son auteur. C’est un principe de droit universel. Enfin presque …

« Le Canard enchaîné »   n° 4095  du 21/04/99
Denidejustice: nous recherchons les noms des tribunaux et des magistrats qui ont incarcéré Raffaele Boriello. Merci de nous aider.

Advertisements

Une Réponse to “1999 Cherchez l’erreur (affaire Raffaele Boriello)”

  1. denidejustice Says:

    C’est à cause d’un portrait robot quasi parfait que le docteur Boriello s’est retrouvé en taule : mêmes yeux, mêmes cernes, et surtout des cheveux à l’identique.
    Sauf que ce portrait robot ne ressemblait en rien au vrai braqueur épinglé plus tard
    En décembre 1995 a lieu le braquage d’une banque à St-Jean de Maurienne.
    Le portrait robot est établi d’après les indications d’un commerçant voisin qui a vu le braqueur s’enfuir à toutes jambes.
    Le docteur Boriello, médecin du travail est arrêté par les gendarmes dès le lendemain. Le commerçant confronté au docteur ne reconnait pas en lui le braqueur.
    Peu importe il est tout de même incarcéré.

    Mais la similitude n’est sans doute pas fortuite. Au cours d’une enquête de voisinage, les gendarmes ont saisi une photo d’identité du docteur Boriello chez un photographe du coin. « Je suis convaincue que le portrait robot a été retouché à partir de cette photo » s’offusque l’avocate de Boriello. Mais c’est là du mauvais esprit …

    Il faudra attendre mai 1997 pour que Raffaele Boriello bénéficie enfin d’un non-lieu !

    « Le Point.fr » du 23/01/2007 d’après C.D.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :