2009 Le proc’ de Paris, Jean-Claude Marin, roi des fossoyeurs 1.

Jean-Claude MARIN, procureur de la République de Paris, dit « Bob l’éponge » en raison de sa capacité à faire disparaître les « affaires », explose les dossiers les uns après les autres. Refus d’ouvrir des enquêtes, usage immodéré des ficelles de procédures, tout est bon pour saper les affaires visant des personnalités.

Trois affaires, trois non-lieu requis récemment concernant Pasqua, Marchiani et leur vente d’armes au Koweit , de Margerie et son « pétrole contre nourriture », Messier et l’affaire Vivendi.

Contorsions procédurales et ficelles du droit en main, « Bob l’éponge » fait traîner, quand il ne les classe pas, les enquêtes préliminaires sous son contrôle. Par exemple le dossier mettant en cause les Chirac pour avoir bénéficié de voyages gratuits  en avion, confié à un juge d’instrution qui recommencera de séro.

Son parquet refuse tant qu’il peut d’ouvrir de nouveaux dossiers embarrassants tel celui des « biens mal acquis » visant le patrimoine en France d’Omar Bongo et d’azutres dictateurs.

Il refuse également d’enquêter sur des documents pouvant mettre en cause des personnalités (via les grands contrats d’armement des années 1990.

Mi septembre 2009, c’est Claude Bébéar, l’un des parrains du capitalisme français qui a obtenu un non-lieu dans un dossier de blanchiment.

« CHARLIE hebdo »   n°901  du 23/09/09     d’après Laurent Léger

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :