*2007 Un (ou deux) juge Capa compris

Ils sont un peu lourds à la détente ces magistrats d’instruction, Yann DAURELLE et Martine VEZANT, qui ont perquisitionné le 09 nov 2007 les bureaux de l’agence de presse Capa. Chargés de l’enquête française sur le triste naufrage de l’Arche de Zoé, ils  voulaient mettre la main sur les « rushes » c’est-à-dire l’ensemble des images tournées sur le sujet, y compris celles qui n’ont pas été diffusées.

Pourtant cela fait un moment que des journalistes et des juristes leur expliquent calmement qu’une telle démarche est contraire à la convention européenne des dtroits de l’homme, règle de droit supérieure à la loi française.

Faut-il répéter pour les mauvais élèves ?

La Cour européenne protège  ce qui relève du secret des sources, c’est-à-dire les informations, documents, identités, notes, images recueillis par les journalistes dans l’exercice de leur profession et qu’ils ont le droit de garder pour eux. Sinon il n’y a plus de journalisme possible.

Lors de la visite du juge chargé de l’affaire Clearstream, « Le Canard » avait refusé l’accès de ses bureaux, et le magistrat avait renoncé à casser la porte. Les journalistes de Capa ont opposé, eux, une résistance par la ruse. Les rushes étaient bien cachés et les juges sont repartis bredouilles.

Cette farce risque de se reproduire tant que les juges n’entendront pas raison.

« Le Canard enchaîné »   n° 4543   du 21/11/2007

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :