2006 Faut pas décorer !

Une émouivante cérémonie a eu lieu le 4 janv.2006 au palais de justice d’Angers. Le garde des Sceaux, Pascal CLEMENT, a remis les insignes de chevaliers de l’ordre du Mérite à quatre magistrats et un greffier. Qu’avaient-ils donc à se reprocher, ces méritants serviteurs de la justice ?

Le ministre l’a expliqué: ils ont, chacun à sa place, mené à bien un procès « exceptionnel ». Il s’agit de l’affaire de pédophilie qui a occupé la cour d’assises d’Angers pendant près de cinq mois. Soixante douze personnes ont été jugées pour viols, agressions sexuelles, proxénétisme.

C’est la première fois, sauf erreur, que des magistrats sont ainsi honorés non pas pour l’ensemble de leurs oeuvres, mais pour un procès particulier. Pascal CLEMENT a voulu célébrer  l’anti Outreau. Cette fois l’accusation a tenu, les condamnations sont tombées, la justice n’a pas été ridiculisée. Les médaillés d’Angers sont les pendants des futurs déhonorés du procès de St-Omer que la commission d’enquête parlementaire ne va pas tarder à retourner sur le gril.

Mais le garde des Sceaux est entré cdans une périlleuse logique. Va-t-il récompenser lesz juges qui ont condamné les « racailles » de banlieue ? Une abstention pourrait être mal interprêtée !  Oubliera-t-il ceux qui ont, à Versaillesd, remis Juppé dans le jeu politique ? Et les juges qui ont conduit le procès, lui aussi « exceptionnel » des lycées d’Ile-de-France, ne devraient-ils pas être honorés, vu les égards qu’ils ont montrés pour le sommet de l’Etat ?

La petite cérémonie d’Angers fournit une assez bonne mesure de la haute considération dans laquelle le pouvoir politique tient l’autorité judiciaire. La distribution de ces « hochets avec lesquels on mène les hommes » selon le mot de Napoléon, permet de voir qui tient les rênes, et la laisse.

Dans la plupart des contrées civilisées, la remise de décorations est interdite au corps judiciaire, comme elle est en France prohibée pour les parlementaires en fonctions.

Mettre fin à cette étrange exception française équivaudrait à priver un dresseur de sa musette de carottes et de su-sucres …

« Le Canard enchaîné »   n° 4446    du 11/01/2006   d’après L.-M. H.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :