1996 Le RPR victime d’un harcèlement judiciaire.

Pendant que le garde des Sceaux, Jacques Toubon, ferraille avec les socialistes sur le thème de l’indépendance de la justice, son subordonné, le procureur de Paris, Gabriel BESTARD, n’en a pas fini avec l’enterrement des dossiers désagréables pour le RPR.

Pour la cinquième fois en six mois, des contribuables parisiens viennent, en effet, de demander par écrit au parquet d’ouvrir une information judiciaire sur les avantages indus que se sont attribués des élus de la capitale et leurs familles.

Cette fois, c’est le maire de Paris Jean Tiberi qui est sur la sellette pour avoir octroyé, jusqu’à l’automne 1994, un vaste HLM avec terrasse à son fils Dominique. Selon l’ Association de défense des contribuables parisiens, il s’agirait là d’un vulgaire délit de prise illégale d’intérêt.  Mais tout indique que ce nouveau dossier va connaître le même sort que les autres …

Gabriel BESTARD et son prédecesseur, Bruno COTTE, n’ont-ils pas déjà sauvé des griffes du juge d’instruction Chirac, JUuppé et les anciens ministres Cabana et Pandraud ? Qui pour une histoire de beau logement pas cher, qui pour une affaire de personnel de maison payé par l’Hotel de Ville. Il n’y a qu’à demander.

C’est sans doute ce que l’on appelle la jurisprudence RPR …

« Le Canard enchaîné »   n° 3935   du 27/03/96   art. non signé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :