2009 Encore un mort en détention!

Et une justice peu pressée de faire la lumière

Un jeune homme d’origine algérienne est décédé début juillet dans des circonstances peu claires après avoir passé une nuit en garde à vue. Cet évènement survient trois mois après la publication d’un rapport d’Amnesty International exposant en détail les violations des droits humains commises par les policiers français – qui visent bien souvent des personnes issues des  minorités ethniques – et mettant en évidence une impunité généralisée.

Selon les informations parues dans les médias, Mohammed Benmouna, un jeune homme de 21 ans, est arrêté pour extorsion de fonds, est mort le 8 juillet. La police a indiqué qu’il avait tenté de se pendre dans sa cellule et était tombé dans le coma. Il est mort à l’hopital. Les proches de la victime ont porté plainte afin que soient déterminées les circonstances de sa mort et afin qu’il soit établi si des mauvais traitements des policiers ont été dissimulés.

D’après le procureur local (la victime était de Firminy), Jacques PIN, une autopsie a confirmé que Mohammed était mort asphyxié et que son corps ne présentait aucune trace de violence. Le proc a par ailleurs déclaré qu’il n’existait aucun enregistrement de la détention, la caméra de surveillance de sa cellule ne fonctionnant pas. Une seconde autopsie a conclu à sa mort par asphyxie… Le service d’inspection interne de la police a ouvert une enquête.

« Rapport d’Amnesty International » de 2009.

Publicités

Une Réponse to “2009 Encore un mort en détention!”

  1. denidejustice Says:

    Comme c’est bizarre ! Encore une fois il n’y a pas d’enregistrement de la mise en détention, la camera ne fonctionnant pas ! Et le proc crédule avale la pilule sans sourciller…

    Par ailleurs « mort par asphyxie, cela ne signifie pas grand chose. Un médecin légiste qui se respecte doit être en mesure de dire si l’asphyxie est consécutive à:
    – une strangulation par pendaison ou à l’aide d’un lien quelconque (cela laisse des traces sur le cou);
    – une strangulation manuelle (cela laisse aussi des traces mais différentes):
    – un étouffement par obstruction des voies respiratoires externes (à l’aide d’un coussin par exemple);
    – un étouffement par blocage de la cage thoracique (utilisation de la technique du « pliage » chère à nos petits flics).
    Ici rien de tout cela et tout le monde s’en tape semble-t-il !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :