2005 Un magistrat torpille les frégates de Taïwan

Le juge Renaud Van Ruymbeke, qui instruit le dossier, a dû interrompre en catastrophe (en févr.2005), de fructueuses écoutes téléphoniques sur la ligne d’un collaborateur important de Thales.  Jean-Claude Desjeux, ce garçon trop bavard, assurait les contacts secrets entre Thales et Andrew Wang le précieux intermédiaire chinois du groupe.

Mais il a été averti par un autre cadre que la justice s’intéressait à lui. Et à la surprise du juge, ce bon camarade est l’un de ses ex-collègues: Laurent MAYER, ancien numéro 2 du parquet du pôle financier, embauché fin 1999 par Thales comme « conseiller du président ».

Selon le ministère de la justice, Laurent MAYER est « en disponibilité sur sa demande ». Il est donc toujours magistrat et, à ce titre, « astreint aux obligations des magistrats, tel le devoir de réserve, et de confidentialité ».

Andrew Wang avait reçu de Thomson (ex-Thales) plus de 500 millions de dollars de commissions lors de la vente des fameuses frégates. Reconnaissant, Wang avait d’ailleurs versé  1 million de francs à J.-Cl.Desjeux,  son honorable correspondant du groupe Thales. Ce qui a valu à Desjeux d’être mis en examen.

Au fil des écoutes, le juge Van Ruymbeke avait trouvé les réponses à plusieurs questions qui le tarabustaient. (…)
Mais le 10 février 2005 les enquêteurs stupéfaits, entendent Desjeux annoncer à Wang au téléphone: « M.MAYER m’a dit d’être prudent. Il m’a informé que mon nom circulait. »

La source étant désormais tarie, le juge décide de hâter les choses. Le 17 février, il perquisitionne au domicile de Desjeux et le met en examen.

« Le Canard enchaîné »  n° 4403  du  16/03/05 d’après Hervé Martin.

Publicités

Une Réponse to “2005 Un magistrat torpille les frégates de Taïwan”

  1. denidejustice Says:

    La demande de mise en disponibilité et l’embauche de MAYER par Thales, n’est-ce pas là un cas de « pantouflage » sur lequel les gouvernants ont fermé les yeux (comme ils le font pour tous leurs petits copains politicars). D’où leur responsabilité .

    Quelle fut la sanction à l’encontre du magistrat MAYER pour avoir enfreint le devoir de réserve et de confidentialité dans une affaire aussi grave ?

    Il ne faut tout de même pas oublier que cette affaire des frégates a coûté au moins 400 millions de dollars à l’Etat français, donc à nous les contribuables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :