*2004 Procès Emile Louis.

Au tribunal d’Auxerre, le plus intéressant ne concerne pas Emile Louis dont les dénégations pleurnichardes font songer à un enfant lâche qui n’assume pas ses actes.

Non, le plus intéressant – le vrai procès pourrait-on  dire, même s’il ne représente aucun enjeu – concerne les témoins.  Ainsi, la deuxième semaine de nov.2004  ont vu défiler les différents responsables qui se sont illustrés par leur inaction à l’égard des disparitions.

Numéro un dans la catégorie, l’ex-procureur René MEYER venu expliquer qu’il n’a pas ouvert d’enquête par « manque de preuves » (il demandait aux familles de les lui apporter … comme si c’était leur rôle !).

Il y a aussi le procureur Jacques CAZALS, qui a avoué ne pas s’être inquiété des disparues par manque d’ « esprit révolutionnaire ». ( « Vous ne croyez pas que l’esprit révolutionnaire, c’est tout simplement le droit, auquel s’ajoute la sensibilité ? » lui a fait remarquer l’avocat général).

Quant au juge d’instruction Jacques BOURGUIGNON, il a invoqué la surcharge de travail pour expliquer qu’il « fermait les robinets en matière d’ouverture d’informations jucidiaires ».

Tous ces témoins clament leur innocence. Nous avons parfaitement fait notre boulot, jurent-ils, reprenant d’instinct l’éternel alibi qui de Papon à Eichmann, a servi à des générations de collabos.

à suivre…

« Charlie Hebdo » n° 648    du 17/11/2004 d’après Antonio Fischetti.

Publicités

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :