2005 Un juge s’en va.

« Un juge s’en va » par Laurent Lèguevaque aux éditions « L’Archipel » 2005

Quatrième de couverture:

« Il est rare qu’un juge se rebelle, rarissime qu’il renonce à son métier. En janvier 2005, après quinze ans d’activité, Laurent Lèguevaque a claqué la porte du tribunal de grande instance de Tours où il officiait depuis 1997. »

« Aujourd’hui libéré de l’obligation de r&éserve, il dit la vérité sur les juges, dénonce leur esprit étroit et formaté,  les « arrangements » avec leur hiérarchie, les avocats et le journalistes, révèle les dessous d’un métier où l’on songe davantage à sa carrière et à ses privilèges qu’à l’équité des jugements. »

Quelques lignes extraites.

« Des lustres que j’entendais mes collègues se passionner pour les élévations d’échelon indiciaire, les primes, leur avancement, leur déroulement de carrière, comme ils disaient, gourmands. Il préféraient leur carrière à leurs affaires. Ils n’avaient que cela en bouche. Pauvre gastronomie. Pas beaucoup d’estomac, finalement, dans la magistrature. »

 » Une utile ablation qui constituerait, à elle seule, une autre solution aux problèmes d’arthrose de cette vieille dame, la Justice. Amputer la magistrature de son excroissance servile : le ministère public. »

« Notre justice est la plus critiquée, la plus  décriée, la plus faillible, la plus lente – sauf lorsqu’il s’agit d’incacérer à tort. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :