2009 Dati l’a rêvé, Hortefeux l’a fait, Besson l’a béni.

Elle a 12 ans et est arrivée en France il y a quatre jours, du Congo. Elle est là, ce lundi 19 janvier, dans le box des accusés du TGI de Créteil,; en audience publique, surveillée par des policiers en uniforme.

Quel crime a-t-elle commis ? Aucun.

Williana est venue rejoindre son père, sa compagne et leur fille, tous les trois français, après la mort de sa mère. Elle était restée à ses côtés quand son père, William, a fui le Congo puis obtenu le statut de réfugié en France.

Après le décès de sa mère, elle est déscolarisée et utilisée comme domestique malgré l’argent envoyé par son père. Il demande donc par deux fois à bénéficier du regroupement familial et essuie deux refus. Il la fait venir quand même.

Et lorsqu’elle atterit à Orly, le 15 janvier, la PAF, trouvant son passeport suspect, la maintient en zone d’attente, une sorte de prison administrative pour étrangers  soupçonnés de vouloir entrer illégalement (où ils attendent, en effet, maid d’être fréexpédiés là d’où ils viennent).

Pour éviter son expulsion par le vol de rapatriement qui lui était réservé, une demande d’asile est formulée.

C’est ainsi qu’elle se retrouve devant le juge des libertés et de la détention, qui décide, ce matin-là, de la maintenir en rétention en attendant que l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) statue sur son sort.

Face à l’inhumanité du traitement, la mobilisation s’organise, le maire de Nantes, où fréside sa famille, intervient, et, vers 16 heures, un laissez-passer lui est délivré. Unze demi-heure plus tard elle sort enfin de la prison administrative de la zone d’attente d’Orly.

Bienvenue en France, le pays des droits de l’homme et de la prison à 12 ans.

« www.educationsansfrontieres.org » et CHARLIE Hebdo du 28/01/09

Publicités

Une Réponse to “2009 Dati l’a rêvé, Hortefeux l’a fait, Besson l’a béni.”

  1. denidejustice Says:

    Toute notre admiration à ce juge des libertés et de la rétention et de l’inhumanité dont nous aimerions connaître le nom.

    « Le mauvais juge, c’est moins souvent un incompétent qu’une personnalité humainement médiocre qui s’emmène avec elle dans l’exercice de son métier »
    Signé Philippe Bilger avocat général près la cour d’appel de Paris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :