2004 L’héroïne d’Isola 2000 blanche comme neige…

L’instruction longtemps menée par Eva Joly, durait depuis 1995 : elle a donné des sueurs froides à un ex-garde des Sceaux, à sa famille, à plusieurs huiles de droite et à quelques hommes d’affaires et banquiers.

Mais pour la plupart d’entre eux c’est un happy end. Ainsi, Sophie Deniau, belle-fille de Jacques Toubon, mise en examen pour abus de biens sociaux dans la gestion, de 19991 à 1995, de la station de ski d’Isola 2000 a, le 23 avril, obtenu un non-lieu.

Pourtant dans cette affaire révélée par « Le Canard », tout le monde ne s’en tire pas aussi bien. L’ex-associé de Sophie Deniau et principal actionnaire de la station, Dominique Bouillon, ainsi que son bras droit restent poursuivis. Même s’ils ne se voient reprocher « que » 450000 euros d’abus de biens sociaux.

La réputation d’efficacité d’Eva Joly, première à instruire l’affaire, en prend un coup : les accusations d’évasion de capitaux, de dilapidation de fortunes, et les soupçons de blanchiment sont devenus de pauvres incriminations concernant moins d’un petit million d’euros. Il est vrai que les pressions, voire les intimidations, exercées sur la justice n’ont pas manqué.

Mais les vrais perdants de l’histoire restent les contribuables. La société de financement d’Isola, qui compta jusqu’à 83 millions d’euros de dettes, n’était-elle pas une filiale du Crédit Lyonnais, alors banque nationalisée ?

Les dirigeants d’Isola 2000 contrôlaient la station grâce à une holding luxembourgeoise, filiale d’une société du Liberia: ils se sont offert, durant quatre ans, un train de vie et des salaires plus que confortables aux frais de leurs créanciers. Pas de quoi affoler la justice.

« Le Canard enchaîné »   n° 4359  du 12/05/04 art. de J.-F. J.

C’est la juge d’instruction Dominique de TALANCE qui a rendu le 31 mars 2004 un non lieu pour la belle-fille du ministre Jacques Toubon, Sophie Deniau, dans l’affaire de la quasi faillite de la station de ski.

Le ministre de la justice a suivi de très près le dossier de sa belle-fille… Il a fait bloquer in-extremis un plan de reprise d’Isola, pourtant agréé par le tribunal de commerce de  Nice (Le Canard enchaîné et Libération du 18/12/96)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :