2004 Justice à deux vitesses…

Deux infos côte à côte dans le même journal.

Première info.

Descente de gendarmerie dans un lycée professionnel du Maine-et-Loire le 5 février 2004.

Juste après le début des cours le substitut du procureur d’Angers débarque dans l’établissement escorté – excusez du peu – de 22 pandores accompagnés de chiens renifleurs. La pêche est bonne : 13 élèves se font piquer pour détention de quelques grammes de cannabis.

Dès le lendemain la Fédération des conseils de parents d’élèves  dénonce ce type d’intervention au sein d’établissements scolaires. Réplique d’un magistrat angevin cité par « Le Monde »  du 9/2: « Notre intervention possède davantage un but préventif que répressif ». Et le proviseur du lycée de renchérir: « La politique globale de l’établissement est d’abord de travailler su la prévention. »

A l’issue de cette intervention préventive, trois élèves seront placés en garde à vue. Mais, nous sommes rassurés, … sans passage à tabac … c’est du préventif.

Deuxième info.

Lors de la campagne électorale l’avocate Nicole Guedj (divers droite) connait une petite mésaventure. Elle s’en prend aux comptes municipaux de la commune convoitée du maire communiste (« anomalies », « truffés d’irrégularités »). Le maire voit rouge (normal pour un communiste) et porte plainte en diffamation.

Au cours de leur enquête, les policiers font deux découvertes:

– l’avocate a fait inscrire au bas de ses bulletins les noms de deux imprimeurs qui n’ont jamais travaillé pour elle …

– elle a fait travailler à l’oeil l’imprimerie de la commune voisine des Lilas (UDF) utilisant matériel et papier.

Selon le secrétaire de la mairie ce « dépannage » ne représente pas plus de 40000 francs mais les enquêteurs mettent en doute cette addition: une douzaine de numéros d’une revue tirés chacun entre 10000 et 20000 exemplaires…

Personne n’ayant porté plainte pour cette indélicatesse, Nicole Guedj n’écopera que d’une condamnation symbolique pour diffamation publique. Elle affirmera à l’audience du 1er février 2001 qu’elle avait remboursé la commune des Lilas. Ce qui s’avèrera faux. Elle ne signera qu’ultérieurement un chèque de 62213 F.

La morale de tout cela:

– d’un côté un proc’ qui se met en branle et des gamins mis en garde à vue pour quelques grammes de cannabis.

– de l’autre côté une délinquante qui détourne 40000 francs et ne fait l’objet d’aucune poursuite. Des politicards qui s’arrangent entre eux et aucun proc’  pour se saisir de l’affaire. Dans ce cadre,  ni prévention ni répression: citoyens dormez rassurés, tout beigne !

« Le Canard enchaîné » n° 4346 du 11/02/04 d’après deux art. dont un signé Lauriane Gaud.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :