2007 Concubine de juge = tête à claques

Les dérapages professionnels des magistrats sont mollement sanctionnés (quand ils le sont…) par le CSM mais ceux qui surviennent dans la vie privée des mêmes magistrats le sont encore moins.

Un juge poursuivi pour s’être livré dans la nuit du 5 au 6 déc. 1997 à des violences sur sa concubine ayant entraîné une incapacité temporaire de travail de sept jours n’a écopé que d’une réprimande avec inscription au dossier.

Le magistrat était pourtant détenteur, sans autorisation, d’un fusil à canons superposés à crosse et canon sciés. …

« Le Point »  n° 1628   du 18/01/07   extrait de    « Ces juges qui dérapent. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :