**2003 Quand la justice est tirée…

Le tribunal de grande instance de Villefranche-sur-Saône n’est pas un repaire de laxistes. Il vient de condamner à environ 3 500 000 euros de dommages et intérêts  un magazine lyonnais, « Lyon Mag » pour « dénigrement ».

Qu’avait donc « dénigré » ce journal pour mériter l’une des plus lourdes condamnations jamais prononcée contre un organe de presse ? Le président de la République ? Bien pis: le beaujolais nouveau.

Dans une interview, un distingué oenologue qualifie le précieux breuvage de « vin de merde ». L’expression est vigoureuse. Mais pour l’avoir longtemps défendu et consommé  « Le Canard » a quelque titre pour affirmer qu’il s’agit là d’une opinion qui se défend du moins pour une bonne part de la production. Même si l’analyse mériterait d’être un peu affinée, ce que fait d’ailleurs le journal en en rendant hommage à certains bons crus du Beaujolais.

La loi interdit de « jeter le discrédit » sur une décision de justice, par exemple en utilisant l’expression de l’imprudent oenologue. Mais rien ne s’oppose à une analyse approfondie. Le président du tribunal Gérard ZEMERLI, ne s’était pas signalé par des jugements, sortis de ses chais, particulièrement relevés.

Cette fois, sa décision a une attaque franchement amère, et des attendus aqueux. Le tribunal se contente d’observer que la marque Beaujolais est « reconnue mondialement » et que le journal a « gravement abusé » de la liberté d’expression.

N’importe quel juriste observera que cela manque de charpente et de structure. On se demande même si ce jugement n’a pas été lourdement chaptalisé par le lobby viticole de la région. Et à y regarder de près, le goût de bouchon pourrait tourner au goût de sapin. Pour « Lyon Mag » une telle condamnation revient à la mort immédiate.

Heureusement, cette décision ne sera pas de longue garde. La cour d’appel, on peut l’espérer, va jeter cet innommable breuvage au caniveau. Elle seule peut dire si cette décision est de … ceci ou de cela. Nous on peut juste le penser.

« Le Canard  enchaîné »   n° 4290   du 15/01/03   d’après un art. non signé.

Publicités

Étiquettes : , , ,

3 Réponses to “**2003 Quand la justice est tirée…”

  1. VIALETTE Says:

    Bonjour,

    Pour info déviances pouvoir judiciaire : Gérard Zemerli, président du TGI du Puy-en-Velay (43).

    http://realjustice.voila.net/index.html

    Alain VIALETTE

    • denidejustice Says:

      Nous avons lu votre histoire et en avons fait un billet à part (nous avons même créé une catégorie d’affaires: La spoliation judiciaire). Nous vous encourageons à compléter vous-même par les conclusions de votre texte du 05/11/2010 et à nous dire brièvement où en est cette affaire.

  2. Margueritat Claude Says:

    Il n’est nul besoin d’être oenologue pour qualifier le Beaujolais de « vin de merde ». Et la faute en est imputable aux producteurs de Beaujolais eux-mêmes incapables de mettre de l’ordre dans leurs affaires.
    Deux raisons:
    – d’une part la mode du « Beaujolais nouveau » et la bêtise des gogos consommateurs prêts par snobisme à avaler n’importe quelle piquette.
    – d’autre part la quantité impressionnante de Beaujolais déversée sur le marché que ne peut manifestement pas produire le seul terroir du Beaujolais …
    Et tout cela c’est beaucoup de fric bien mal acquis et ce pauvre ZEMERLI n’a pas assez d’envergure pour dénoncer tout cela. C’est plus facile de condamner un journal qui dérange les édiles et notables locaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :