*2001 Une bavure qui fait saliver!

La nouvelle bavure judiciaire qui s’est produite à Versailles avec la mise en liberté d’un trafiquant d’héroïne n’est en rien la conséquence de la loi sur la présomption d’innocence.

Le juge Philippe DAVID qui a pris cette étrange décision, explique dans son ordonnance que « le trafiquant ne lui a été présenté qu’à 19 heures, sans que les contraintes de l’enquête en fassent apparaître l’impérieuse nécessité ». En clair, on a fait attendre M.le juge sans raison valable, et c’était l’heure de la soupe.

Le problème, c’est que rien, mais alors absolument rien dans la nouvelle loi n’impose de se plier aux horaires du juge de la liberté, pas plus que de ménager ses susceptibilités. Cette allusion à l’horaire n’a aucun fondement juridique.

Cette motivation a d’ailleurs permis à Marylise Lebranchu de démarrer au quart de tour et d’annoncer une enquête de l’inspection générale. Une façon de pointer tout de suite la responsabilité du juge. […]

« Le Canard enchaîné »   n° 4232   du  05/12/01 d’après un art. non signé.

Advertisements

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :