1990 JUSTICE – Vous osez dire justice ?

« Justice -vous osez dire justice ? «  par Guy THOMAS  paru aux éditions « Edition n°1 » en 1990.

Extrait de la page 4 de couverture.

La justice est devenue l’un des points faibles de notre démocratie.

Les citoyens qui ont eu personnellement à souffrir de cette dégradation, se trouvent pris dans un engrenage qui les désespère. Sont-ils en mesure de se faire rendre justice ? Rien n’est moins sûr aujourd’hui.

Une analyse polémique et salutaire, exclusivement fondée sur des cas réels, que légitime la gravité du danger : sans véritable justice, il n’y a pas de démocratie.

Extrait de l’ouvrage.

page 14 :       Sur la compétence des magistrats:

« Les Français savent que la justice est lente, encombrée et, pour la plupart d’entre eux, chère. Ce qu’ils ignorent, c’est que le recrutement des magistrats est de plus en plus  bas, leur formation souvent médiocre, et que demain, on comparaîtra devant des juges qui seront les petits fonctionnaires d’une justice devenue un service public comme un autre … »

« Aujourd’hui, le concours d’entrée à l’Ecole nationale de la magistrature est devenu un concours purement administratif, que se gardent bien de choisir les étudiants en droit les plus brillants. Savez-vous qu’en 1989 on a dû descendre la note de recrutement jusqu’à 8,5 ? Et encore a-t-on renoncé à pourvoir toutes les places. Ce n’est un secret pour personne que le dernier tiers des promotions est affligeant de médiocrité. Cela signifie que chaque année, on lâche dans les tribunaux plus de soixante magistrats qui n’ont ni la capacité, ni l’envergure de faire des juges dignes de ce nom … »

« Je vois les conséquences de ces lacunes tous les jours : dans l’ignorance des règles élémentaires de la composition d’un jugement, on tâtonne, on fait de l’a-peu-près, et l’affaire se retrouve en appel. J’estime que le justiciable a droit à plus d’égards et de compétence … »

Ces lignes sont signées Pierre ESTOUB, 63 ans, premier Président de la cour d’appel de Versailles.  A la différence de ses collègues de haut rang, il n’a jamais fait partie d’un cabinet ministériel, de droite ou de gauche.  Ses propos n’en ont que plus de poids.

Publicités

Une Réponse to “1990 JUSTICE – Vous osez dire justice ?”

  1. denidejustice Says:

    Sur la compétence des magistrats.

    La médiocrité du recrutement n’a pas changé depuis 1990 sinon empiré.
    DATI Rachida sort de l’Ecole nationale de la magistrature avec la rang de 116ème sur 154. elle appartient donc à ce « dernier tiers des promotions affligeant de médiocrité » selon le propos de Pierre Estoub.
    DATI Rachida s’est vue décerner par sept fois le Prix Busiris. Ce prix parodique est attribué aux personnalités politiques en récompense de propos à la fois « juridiquement faux, en contradiction avec eux-mêmes dans un laps de temps relativement bref et de mauvaise foi. »

    Comment peut-on nommer un tel personnage au poste de Garde des Sceaux ?
    Derrière cette nomination, il y a un profond mépris des citoyens ! Voire une insulte faite au peuple !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :