1989 Le grand bazar judiciaire

En décembre 1987 les policiers de l’OCRDIS  (Office central de répression du trafic illicite des stupéfiants)  et leurs collègues américains de la DEA (Drog Enforcement Administration)  avaient réussi un remarquable coup de filet (quatre gros trafiquants du cartel de Medellin)  et une prise exceptionnelle (450 kilos de cocaïne) sur l’Île de Marie-Galante.

Lors du renvoi en correctionnelle des malfaiteurs, le juge d’instruction de Nanterre chargé de dossier ne vérifie même pas si les pièces authentiques sur lesquelles est fondé ce renvoi figurent bien au dossier.

Elles n’y figuraient pas: « Au revoir messieurs, vous êtes libres et avec nos excuses … » Les voilà libres. Du fait du non-respect d’un point de procédure élémentaire, une cour d’appel, celle de Pointe-à -Pitre, doit annuler un jugement condamnant lourdement et à juste titre les quatre trafiquants de haut vol, provoquant ainsi la rage des policiers et celle de leurs  collègues américains.

Et ce médiocre magistrat ne sera jamais sanctionné !

« Justice … vous osez dire justice ? »     par Guy Thomas

Publicités

Une Réponse to “1989 Le grand bazar judiciaire”

  1. denidejustice Says:

    Nous voulons le nom de ce magistrat. Il faut les montrer du doigt tous ces négligents, fainéants ou incompétents.
    Les magistrats ne doivent plus rester cachés dans l’anonymat de l’institution judiciaire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :