*2000 L’immaculée carte bancaire

C’est une sorte d’office religieux qui a été célébré au Palais de Justice de Paris le 25 février 2000.

En condamnant à 10 mois avec sursis Serge Humpich, le bidouilleur qui avait voulu démontrer que la sécurité des cartes bancaires  laissait à désirer, le tribunal correctionnel a consacré un dogme: l’inviolabilité des cartes à puce. Elles sont de conception immaculée. Point final.

La nouvelle religion (d’Etat) se résume aisément. Ceux qui prétendent que le système souffre de failles sans le démontrer, sont des menteurs. Et ceux qui en font la démonstration sont des bandits. Le Groupement des cartes bancaires a bien de la chance. Il se trouve ainsi à l’abri de toute critique technique.

A moins que la prochaine attaque ne soit plus brutale. Les « petits bidouilleurs pervers » comme l’avocat des Cartes bancaires a qualifié Serge Humpich, auront appris, à l’énoncé du verdict, que sa méthode n’était pas la bonne.

Au lieu d’acheter quelques tickets de métro pour prouver qu’il a réussi à casser le code, le prochain commencera peut-être par vivre confortablement avec ses fausses cartes bricolées. Et au lieu de déposer sa formule, sous enveloppe cachetée; à l’Institut de la propriété industrielle, comme l’avait fait Serge Humpich, il pourra la diffuser sur Internet. En quelques semaines, des milliers de fausses cartes fabriquées par des bidouilleurs vraiment malhonnêtes circuleront. Et tout le système sera à terre.

Accrochez-vous, propriétaires de cartes bancaires ! Vous  savez ce que vous risquez…

« Le Canard enchaîné »   n° 4140   du   01/03/2000 d’après un art. non signé.

Publicités

2 Réponses to “*2000 L’immaculée carte bancaire”

  1. denidejustice Says:

    La justice ne s’est-elle pas faite complice d’un organisme escroc, le GIE cartes bancaires ?

    En effet, le GIE, par le biais des banques, facture un service, celui des cartes bancaires, avec à l’appui une publicité mensongère : la sécurité de l’argent du client. C’est une forme d’escroquerie comparable à celle de n’importe quelle conserverie qui vous vend une denrée non périssable et qui ne le serait pas, ou d’un fabriquant d’appareils ménagers qui annoncerait une durée de vie mensongèrement exagérée.

    Se présente un Serge Humpich qui fait la démonstration de la non fiabilité du système cartes bancaires. En d’autres termes qui dénonce l’escroquerie. Car il n’a commis aucun autre délit (il n’a fait aucun prélèvement) hormis celui d’avoir fabriqué de fausses cartes qui étaient nécessaires à sa démonstration.

    En sa qualité de client d’une banque n’avait-il pas le droit de vérifier la sécurité du système et de chercher à protéger son argent avant qu’un autre ne vienne vider son compte bancaire ?

    C’est en fait ce que vient de condamner ce tribunal : un consommateur qui fait la démonstration d’une escroquerie dont il est victime !
    Il a été déclaré coupable de s’être donné les moyens de sa démonstration: coupable d’introduction frauduleuse dans un système automatisé de traitement avec ses fausses cartes bancaires. Et peu importe au tribunal si Serge Humpich n’en n’a tiré aucun profit !

    En fait on veut faire payer à Serge Humpich par la sévérité de cette condamnation le fait d’avoir mis en lumière des lacunes manifestes au niveau de la sécurité des paiements et que cela a des répercussions financières et économiques importantes (remplacement des terminaux de paiement, remplacement des cartes à puce) pour le cartel des banques.
    Un cartel qui n’accepte pas que l’on fourre son nez dans ses affaires pas toujours très nettes.

    Encore une fois, une magistrature au service de ceux qui nous gouvernent (et non pas au service de la société) fait fausse route tout comme elle fait fausse route quand elle épargne la flicaille qui tabasse, qui viole ou qui tue, quand elle étouffe les affaires qui impliquent nos politicards véreux.

    On est alors en droit de s’interroger sur le niveau de réflexion de cette magistrature, sur ses qualités morales …

  2. Margueritat Claude Says:

    La parquet avait requis une peine délirante de 2 ans de prison avec sursis, de 5 ans de contrôle judiciaire et de 50 000 Francs d’amende ! Pour quelle fraude ? On se le demande …

    Il faut lire le jugement (que l’on trouve sur « Legalis.net »). Il est fumeux, particulièrement orienté et ignore l’argumentation de la défense qui explique que la fabrication de fausses cartes était nécessaire pour démontrer la faillibilité du système.

    Ce brillant aéropage le voici :
    Substitute du proc’ : NOUHAUD Isabelle
    Présidente : DAUVILAIRE-ALLAL Anny
    Assesseurs : KOJIC Jelena et KEATING-HART (de) Jean

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :