*2005 Comment Perben a écarté une juge trop impétueuse.

Depuis près de trois ans la juge d’Albertville Hélène Lastéra enquête sur une usine d’incinération, une affaire en apparence locale mais qui implique plusieurs préfets, des hauts fonctionnaires et – plus ou moins directement – trois ou quatre ministres. Et cette magistrate, qui ne doute de rien, s’apprêtait à en convoquer certains …

Avant d’empoisonner le ministère de la Justice, cet incinérateur construit en 1968 à Gilly-sur-Isère a longtemps pollué la région. D’abord en crachant dans l’atmosphère des quantités importantes de plomb et de cadmium, métaux lourds hautement toxiques. Puis, à partir de 1985, en envoyant dans l’air des doses inquiétantes de dioxine, ce résidu cancérigène de la combustion des ordures.

Bien que le lien entre la mortalité par cancer, supérieure dans cette vallée, et la présence de dioxines dans l’atmosphère soit difficile à établir, plusieurs dizaines de riverains ont fini par porter plainte. Et le parquet a ouvert, en juin 2002 (après une fuite record) une information judiciaire pour  » homicide volontaire et mise en danger de la vie d’autrui. »

Après deux ans d’enquête, la juge  met en examen Albert Gibello, maire d’Albertville pour « risques causés à autrui ».  Puis elle se prépare à entendre et sans doute mettre en examen deux anciens préfets de Savoie, Paul Girot de l’Anglade et Pierre-Etienne Bisch et le risque est grand de voir suivre Michel Barnier ex patron du département et Président du syndicat mixte d’élimination des déchets de Savoie et Hervé Gaymard son successeur à ces deux postes.

D’où la géniale solution imaginée par PERBEN: dépayser le dossier vers le Pôle santé du tribunal de Marseille, comme le permet le loi.

Qu’importe si les 240 plaignants doivent payer leurs déplacements de Savoie jusqu’à Marseille et si le nouveau juge en charge du dossier doit avaler l’équivalent de 9 DVD de dossiers. L’important, surtout, c’est de ne rien précipiter….

« Le Canard enchaîné »   n°4406   du 06/04/05    d’après un  art. signé Jean-François Julliard.

Publicités

Étiquettes : , ,

4 Réponses to “*2005 Comment Perben a écarté une juge trop impétueuse.”

  1. denidejustice Says:

    Remarque annexe. Quand les garde des Sceaux successifs déclarent tout entreprendre pour mettre la justice à portée des citoyens, une telle manoeuvre de Perben montre bien qu’ils se moquent du peuple !

    Ce sont là des comportements de voyous !

  2. Margueritat Claude Says:

    Le procureur d’ Albertville Henri-Michel PERRET a mangé le morceau à propos du dessaisissement de la juge un peu trop combative :
    « Cette décision a été prise en concertation avec le directeur des Affaires criminelles et des grâces, le directeur de cabinet de M.Perben, et bien entendu M. le Procureur près la cour d’appel de Chambéry. » a-t-il déclaré.

    Encore une fois l’Etat voyou s’autoprotège !

    • denidejustice Says:

      En fait la juge Hélène Lastera qui ne voulait pas se démettre du dossier obtiendra gain de cause auprès de la cour de cassation qui lui donnera raison. (cf. 2005 Un larbin du pouvoir renvoyé dans les cordes).

      Dans cette affaire :
      – des juges qui font honorablement leur travail, la juge d’instruction Hélène Lastera courageuse et ceux de la cour de cassation,
      – en face les laquais du pouvoir, le proc’ d’Albertville Henri-Michel PERRET ainsi que le proc’ près la cour d’appel de Chambéry, sans compter le directeur des affaires criminelles, le directeur de cabinet de Perben et le garde des Sceaux lui-même.

      NB Entre autres dégâts, 6875 bovins devront être abattus pour avoir consommé de l’herbe contaminée, leur viande devenant impropre à la consommation.
      Encore une fois: Qui paye les indemnisations ? Nous autres citoyens contribuables parce que des incapables ont par fainéantise ou par intérêt laissé aller les choses.

  3. PIERRE IVANES Says:

    Objet : ALERTE CITOYENNE POUR LE PROCES DES 29 ET 30 NOVEMBRE PROCHAIN DE LA DRAMATIQUE « AFFAIRE DE LA DIOXINE » DE L’INCINERATEUR DE GILLY-SUR-ISERE (PRES D’ALBERTVILLE, SAVOIE).

    Je retrouve dans vos archives des commentaires sur cette affaire, et je pense que ceci pourra vous intéresser :
    Bonjour,

    Pierre IVANES, scientifique et lanceur d’alerte environnementale, acteur associatif et témoin majeur de la lutte contre les pollutions de cet incinérateur bien avant sa fermeture très médiatisée d’octobre 2001, lance une alerte citoyenne urgente, vu le scandale en cours : merci d’informer vos lecteurs, et leur donner le nom de son site, complet sur l’affaire, et régulièrement mis à jour :
    http://www.pierre.ivanes.free.fr

    On est littéralement en train d’enterrer les responsabilités dans les pollutions de « l’affaire de la dioxine de l’incinérateur de Gilly », qui avait pourtant fait les Unes en 2001 (à la fermeture de l’incinérateur, la France entière, voire l’Europe ont eu pléthore d’informations concernant les pollutions, le foin contaminé, le bétail abattu, les habitants affolés)…Depuis, le cas de Gilly était devenu emblématique de la Veille Ecologique et du Principe de Précaution, même au niveau européen et international.

    Or, coup de théâtre : le SIMIGEDA (syndicat D’ELUS DE LA REPUBLIQUE, PROPRIETAIRE ET GESTIONNAIRE de l’incinérateur !) vient juste d’être retiré de la liste des mis en examen au prochain procès devant le Tribunal Correctionnel d’Albertville les 29 et 30 NOVEMBRE. Comme « Personne morale » à la barre, il ne restera plus que la société privée exploitant l’incinérateur, NOVERGIE-Centre Est (et des personnes physiques, isolément) ! La recherche des responsabilités est donc complètement faussée, alors même que les fautes retenues étaient complexes à prouver.

    Pierre Ivanès résume cette actualité judiciaire dans son site (première page), en reprenant également LES FAUTES QUI LUI SEMBLENT NE PAS AVOIR ETE PRISES EN COMPTE DANS L’INSTRUCTION JUDICIAIRE DEPUIS 2002.
    Vous trouverez tous les liens dans le site avec l’Historique des pollutions et des alertes environnementales depuis 1992, les Volets Judiciaire et Réglementaire…

    Pierre sait de quoi il parle, contrairement à beaucoup (on a tout lu et entendu sur le sujet depuis 2001 : voir NB*), étant un ACTEUR ASSOCIATIF ESSENTIEL DANS LE COMBAT CONTRE L’INCINERATEUR. Il a été le SEUL (et en associatif indépendant des partis, ce qui est très important de souligner dans cette affaire) à interpeller inlassablement élus et responsables de l’incinérateur BIEN AVANT sa fermeture médiatisée de 2001. Il a porté plainte dès 2002 avec la FRAPNA-Savoie de France Nature Environnement (avec parmi les chefs d’accusation celui de Pollution du Milieu, non relevé…), plainte à laquelle le juge n’a jamais répondu. Heureusement l’association Bien Vivre à Grignon qu’il avait créé est l’une des rares à être restée partie civile.

    Les savoyards eux-mêmes sont perdus dans les rebondissements judiciaires égrenés pêle-mêle depuis 2002, voir tellement écoeurés qu’ils ne suivent plus ces péripéties.
    La disparition du SIMIGEDA au procès apparaît évidemment comme un grossier « tour de passe-passe » (ce syndicat local d’élus a été dissous cette année sous prétexte de fusion au niveau départemental), qui vient d’être annoncé en octobre. C’est un scandale (politique ou judiciaire) sans précédent, qui fausse complètement la recherche des responsabilités. Un récent article de l’hebdomadaire La Savoie interviewant le maire d’Ugine sur cette dissolution laisse les associations et les plaignants (malheureusement tous les plaignants individuels ont été déboutés, mais il reste 6 associations) sidérés devant tant de cynisme.

    A l’heure où les citoyens demandent de la transparence, de l’honnêteté de la part leurs élus, où l’on parle tant d’écologie ; où le Principe de précaution est invoqué dans la Constitution, il nous semble irréel que ce dernier rebondissement, la veille du dernier procès tant attendu, puisse passer en silence !
    A quoi sert le travail bénévole des « Lanceurs d’Alerte » associatifs ou scientifiques si les responsables des pollutions évitent tranquillement, non seulement d’être poursuivis, mais simplement d’être interrogés à la barre, et qu’en plus leurs manœuvres sont ignorées du grand public ?!

    Le site est régulièrement mis à jour…Merci beaucoup de le lire attentivement, et d’avertir vos lecteurs de ce qui est en train de se passer, et de l’existence de ce site.
    Merci à vous
    Cordialement,
    Le gestionnaire du site http://www.pierre.ivanes.free.fr,

    NB* : la médiatisation depuis 2001 de l’affaire a malheureusement souvent été accompagnée de désinformation et de manque de sérieux, qu’on retrouve dans certaines archives Internet. Pierre Ivanès a créé son site pour rétablir également des vérités; en sortant ses archives de bénévole associatif, courriers de l’époque à l’appui, et tous les faits rapportés sont aisément vérifiables.C’est pourquoi je souhaite insister sur les faits suivants :
    Pierre Ivanès (voir son cv dans l’onglet « qui-suis-je » en haut de page) a été président-fondateur de l’association locale Bien Vivre à Grignon (une des rares à être toujours partie civile au procès), puis correspondant de France Nature Environnement, en scientifique devenu spécialiste des déchets. Il connaît parfaitement les responsabilités en cause pour avoir inlassablement prévenu des pollutions les habitants (passifs à l’époque !), les responsables de l’incinérateur et les élus (droite, gauche et Verts du SIMIGEDA, on ne le dit jamais !), en seul bénévole (et associatif indépendant) à le faire bien des années avant les analyses officielles de 2001. Il avait notamment créé des collectifs associatifs de Savoie (CAS,CATBA), associations dont il a fait le travail absolument seul dans cette affaire, il accepte enfin à 87 ans de le dire clairement sans fausse modestie !
    Cette affaire a malheureusement souvent laissé place au sensationnalisme ou à la récupération politique. Même la création de l’ACALP (pourtant très prometteuse grâce au nombre de ses adhérents et plaignants individuels, hélas tous déboutés ensuite) a faussé le travail sur les vraies responsabilités, en occultant l’historique complet de l’affaire, en laissant croire qu’elle était à l’origine du combat contre l’incinérateur (alors qu’elle a été créée juste APRES la fermeture de l’incinérateur en 2001 !), en occupant le devant de la scène médiatique (les responsables de l’ACALP étaient des Verts politiques locaux, dont l’un siégeait au SIMIGEDA et avait voté toutes les décisions pour l’incinérateur !). Le maire de Grignon, sourd aux alertes de l’association Bien Vivre à Grignon, a osé se poser en sauveur en 2001, soutenu par la Gauche locale. Tout ceci n’est pas très joli-joli, et désolant quand on est un écologiste convaincu, mais bien peu de citoyens, même les savoyards, sont au courant de tout cela ! L’accent mis sur « l’affaire sensible » de la juge Hélène Lastera (récemment a été assez commenté le film « La juge et la dioxine » de Clarisse Feletin, qui montre les tentatives de désaisissement de cette juge) a même paradoxalement occulté les enquêtes essentielles sur le fond, les responsabilités dans cette dramatique affaire de pollutions…
    Nous sommes nombreux à espérer ENFIN, à l’occasion de ce procès, voir la réalité de l’affaire révélée, les responsabilités clairement exprimées, donc voir expliqué et diffusé le combat associatif et le travail exceptionnel de M. Pierre Ivanès. A 87 ans, ce montagnard épris de nature suit toujours cette affaire avec autant de rigueur et de passion pour la Justice et la vérité. Il a créé ce site dans ce sens, en sortant ses archives de bénévole associatif, courriers de l’époque à l’appui, et tous les faits rapportés sont aisément vérifiables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :