2007 La « maladresse » d’une garde à vue.

« Une maladresse », voilà comment le procureur de Valence, Jean-Pierre NAHON, a qualifié la garde à vue d’Eric Z. qui s’est suicidé après quelques treize heures passées à se faire accuser de la disparition de Julien, l’enfant de sa compagne. Juste une « maladresse » puisqu’un médecin a jugé l’état d’Eric « compatible avec la garde à vue ». Juste une « maladresse » puisque les média se sont comme d’habitude, précipités sur ce malheureux « principal suspect », qui, en fin de compte, s’est révélé être ‘probablement hors de cause », dixit le procureur. Juste une maladresse ? Plutôt le signe d’une frénésie, comme le montre l’affolante explosion du nombre de gardes à vue en cinq ans. De 336718 en 2001 elles sont passées à 530994 en 2006, soit une hausse de 57% ! Ce qui représente 194276 gardés à vue de plus et un accroissement d’environ 40000 par an. Il est vrai que désormais le nombre de gardés à vue sert d’indicateur officiel de l’efficacité de la police et de la gendarmerie … Cela explique tout. « Le Canard enchaîné »    n° 4502   du 07/02/07   art. non signé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :